Les assistants personnels sont devenus cools et pratiques aujourd’hui et on en veut tous un. Dans le fond ils préfigurent peut-être la version 1.0 des robots domestiques que l’on verra prochainement dans tous nos foyers.

Parmi les assistants personnels les plus connus, on citera Alexa d’Amazon, Google Home, le Siri d’Apple ou encore Cortana de Microsoft.

Ces outils dotés d’intelligence artificielle sont bien sympathiques : ils peuvent nous raconter une blague pour nous détendre, nous donner les prévisions météo du jour, diffuser notre musique préférée, répondre à des questions courantes, mettre en place une alarme, appeler un contact, envoyer un SMS, nous donner les actualités récentes, et bien bien plus encore.

Alexa assistant personnel d'Amazon
Amazon Alexa

Bon tout cela c’est super, mais un article récent de Bloomberg est venu mettre une ombre au tableau en ce qui concerne l’assistant d’Amazon. Le géant américain du e-commerce payerait en effet des milliers d’employés et contractants extérieurs pour écouter nos conversations sur Alexa via les enceintes connectées Echo

Que l’on se rassure : ce serait uniquement dans un objectif d’amélioration de son outil intelligent. Ah bon ca va on est rassuré .. ou pas! ;-)

Les travailleurs qui écoutent les conversations enregistrées sur le logiciel Alexa sont situés à Boston et un peu partout aux Etats-Unis, en Roumanie, en Inde et au Costa Rica.

A voir aussi :  Comment réparer un disque dur endommagé ?

« Il arrive toutefois que les employés tombent sur un enregistrement plus intime, comme celui de quelqu’un chantant dans la douche, ou plus bouleversant, comme celui d’un enfant appelant à l’aide. » (source: radio-canada)

Amazon a déclaré être très préoccupé par la vie privée de ses utilisateurs et de ses clients et que ce travail d’écoute ne concerne qu’un tout petit échantillon des fichiers audio récoltés par Alexa. Ok, super.

Un peu plus tôt cette année, The Intercept avait écrit un article qui mentionnait que les vidéos issues des caméras de sécurité personnelles Ring (qui a été racheté par Amazon) sont regardées par des employés d’Amazon dans un but d’amélioration de l’algorithme. Ainsi des voitures et personnes sont manuellement identifiées sur la vidéo-surveillance dans le but d’optimiser le logiciel.

Bon on ne se voilera pas la face : c’est clair qu’à partir du moment où un appareil nous écoute pour qu’on lui pose des questions et réponde à nos commandes, il est fortement possible qu’il enregistre également nos paroles… Et cela est valable probablement pour tous les autres assistants virtuels comme Google Home ou Apple Siri.

On peut deviner qu’on est écouté même si on s’attend à ce que ces grandes entreprises ne le fassent pas systématiquement. Dans le fond c’est même inquiétant que l’on puisse être épié ainsi dans notre vie privée, chez nous, dans la chambre à coucher ou dans le salon sans qu’on s’en rende compte.

A voir aussi :  Movavi Photo Editor : la retouche photo et le collage

Et que dire de nos smartphones… ? Avez-vous déjà eu l’assistant qui démarre tout seul sur votre téléphone? Des entreprises comme Facebook écoutent-elles elles aussi des conversations via l’application Android ou iOS ? Si vous effectuez quelques recherches rapides sur Google, vous constaterez qu’il existe des articles en anglais et français sur le sujet et que certaines personnes ont déjà vécu l’expérience de voir des publicités ciblées qui étaient basées sur un bout d’une de leurs conversations précédentes alors qu’ils n’avaient effectué aucune recherche web sur le sujet.

Bon c’est clair il y a des micros et caméras un peu partout aujourd’hui. On est déjà dans un monde futuriste de surveillance de masse tel que suggéré par Edward Snowden et aussi comme dans la série de science fiction Person of Interest ou quelqu’un hacke la « machine » dans le but de servir un intérêt louable.

Que peut-on y faire ? Rien, à part vivre sans smartphone, sans ordinateur, sans internet, sans connexion, coupé du monde dans une cabane au milieu d’une forêt dans le Yukon.

Note: il y a peut-être une solution pour mêlanger les cartes : pratiquer l' »obfuscation« , une sorte de masquage ou d’opacification de vos données personnelles pour brouiller les pistes.

« Vous n’échapperez pas à la surveillance de masse, mais vous pouvez la gêner. C’est la théorie des chercheurs américains Helen Nissembaum et Finn Brunton. Dans leur livre Obfuscation, La vie privée, mode d’emploi ils expliquent comment embrouiller les algorithmes en publiant de fausses infos. » (source: ladn.eu)