Youtube part en croisade contre les Youtubers de jeux vidéo en les privant de leurs revenus

Vous ne le savez peut-être pas mais certains gamers peuvent gagner jusqu’à 20 000 dollars par mois en publiant sur youtube des tests de jeux vidéo, des critiques, des scénarios ou de simples commentaires de leurs parties. Un business très lucratif pour les plus suivis d’entre eux. Certains youtubers français (parfois des adolescents) d’ailleurs ont des audiences de fou comme Squeezie (1,3 millions d’abonnés /134 millions de vues), Diabl0x9 (1,5 millions d’abonnés/ 225 millions de vues) ou joueurdugrenier (1,7 million d’abonnés/ 176 millions de vues). Il devient alors facile avec une telle base de fans de monétiser les vidéos avec de la publicité (Adsense par exemple).


Et si vous doutiez encore que les gamers puissent diriger le monde sur la planète youtube, voici encore une preuve supplémentaire : le gamer suédois PewDiePie (Felix Kjellberg de son vrai nom) âgé de 23 ans est devenu le youtuber avec le plus d’abonnés au monde depuis cet été : il a actuellement 18 millions de subscribers et 3 milliards de vues…. en seulement 3 ans d’existence de sa chaîne.

PewDieDie

« Les jeux vidéo représentent 25% des vues sur YouTube, autant que les vidéo d’humour », indique Marc Valentin, patron de Wizdeo. « Filmer un jeu vidéo, c’est facile. Il faut aussi une voix sympathique et des commentaires marrants, l’élément comique est important ».

Jusque là tout va bien. Sauf que depuis ce mercredi 11 décembre Youtube a annoncé qu’il changeait ses règles de monétisation pour les contenus des vidéos en faisant valoir les droit d’auteur à partir du mois de janvier 2014 (mais c’est déjà en place car de nombreux gamers ont reçu des notifications d’atteinte à la propriété intellectuelle). Pour résumer le youtuber ne pourra plus toucher un partage des revenus sur ses vidéos dès lors que le contenu ne lui appartient pas mais qu’il est plutôt la propriété de l’éditeur du jeu vidéo présenté. Une seule entité devrait toucher les revenus, soit l’éditeur. Par contre les éditeurs de jeux vidéo devraient accepter de s’entendre avec certains youtubers même si dans la pratique cela va être compliqué et au cas par cas…

Cela remet complètement en cause le précédent système car comme le rappelle Le Figaro, « la plupart des YouTubers ont passé des contrats avec des intermédiaires, nommés ‘networks’. Ces sociétés négocient avec les éditeurs de jeux vidéo le droit d’utiliser les images de leurs jeux, en échange d’un intéressement sur les revenus publicitaires du YouTuber ». Or désormais, pour pouvoir monétiser ses vidéos et percevoir des revenus publicitaires selon le nombre de visionnages, il faudra « avoir créé le contenu », « avoir l’autorisation de l’utiliser à des fins commerciales », et « être en mesure de fournir les documents prouvant que vous détenez les droits commerciaux relatifs à tous les contenus audio et vidéo ».[challenges]

La réaction des éditeurs ne s’est pas fait attendre :

« De nombreux éditeurs de jeu ont rapidement cherché à prendre leurs distances avec ces mesures de restriction. C’est le cas du japonais Capcom, du français Ubisoft ou de Blizzard. Deep Silver a pour sa part publié une longue réponse, sans ambiguïté. « Deep Silver n’a pas l’intention d’interdire aux joueurs de créer des contenus sur Youtube », explique l’éditeur de jeux, dont Saints Row ou Metro 2033. » [source]

Il faut noter que ce changement soudain des règles de youtube ne s’applique pas uniquement aux jeux vidéo mais également aux films et à la musique (toutes les conditions de monétisation sont sur cette page). En gros vous pouvez toucher de l’argent avec votre vidéo si vous filmez votre chat et ne mettez aucune musique d’auteur dessus (une musique libre de droits est OK). Sympa mais plutôt restrictif. Car les compilations de vidéo ou encore l’interprétation de chansons connues ne seront plus monétisables non plus.

Mais à quoi jouent tous ces géants du web depuis quelque temps en changeant sans arrêt leurs règles… ?