Le Figaro : du papier au numérique


«Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur.» Ainsi s’exprimait Figaro sous la plume de Beaumarchais. Presque un siècle plus tard, en 1826, le barbier donnait son nom à un journal papier qui est aujourd’hui le plus vieux quotidien français encore existant.

Le Figaro

De l’encre au numérique

Si la version papier et ses nombreuses déclinaisons connaissent toujours une audience d’importance, le titre a su cependant négocier le virage de la modernité en lançant en février 2006 sa version numérique : lefigaro.fr. Une opération menée avec succès puisque en juin 2008 était considéré comme le premier site d’information sur l’internet.

Depuis 2010, le journal a également su faire de cette plate-forme internet un véritable complément de sa version papier en proposant différentes fonctionnalités (généralement réservées aux abonnés) comme l’accès aux archives ou un magazine visant les œnologues amateurs.

De nombreux services en ligne

Si le quotidien a su conserver ses rubriques traditionnelles et appréciées de la version papier (comme le fameux Carnet du Jour), il a également faire revivre ses classiques en version multimédia à l’image du mensuel i-Mad conçu pour tablettes numériques et riche en contenus augmentés.

Quant au Figaro lui-même, il bénéficie en ligne d’une page personnalisable à souhait et offrent aux abonnés, en plus de l’édition électronique, des dossiers thématiques inédits et une newsletter exclusive rédigée par les grandes signatures de ce journal historique. Cette présence numérique est d’ailleurs renforcée depuis le lancement de l’application sur iPad ou Samsung Galaxy Tab.

Rajoutez à cela des offres culturelles réservées aux abonnés pour les spectacles à Paris ou en Régions ou d’autres petites attentions à destination du lecteur fidèle et il n’est pas étonnant d’apprendre que le site a été élu « meilleur média sur mobile » en 2011. Prouvera-t’il qu’un modèle économique viable existe pour la presse en ligne ?

Une longue histoire qui se perpétue

Cette conquête de l’espace numérique s’inscrit d’ailleurs naturellement dans l’histoire du titre qui a toujours sur intégrer les avancées de son époque pour évoluer. Ainsi, si peu de monde se souviendra que le premier journal -paru il y a 186 ans- fut animé par Maurice Alhoy et Étienne Arago, il est plus difficile d’oublier qu’il fut l’un des premiers journaux à « posséder » ses grands reporters de terrain. De même, son implication dans le monde et son utilisation des suppléments pour composer une palette thématique très large marque son originalité dans le secteur en France.

Et à travers son évolution numérique actuelle, ce journal montre qu’aujourd’hui comme par le passé, le lectorat demeure le centre de ses préoccupations et qu’il est possible de s’adapter sur la forme sans rien céder sur le fond.