Twitter l’allié de l’opposition en Iran


iran-revolution-twitter

Depuis samedi en Iran, avec la réelection du président actuel Mahmoud Ahmadinejad, l’opposition iranienne qui supporte le parti vert de Mir Hossein Moussavi s’est rebellée: manifestations monstres et affrontements avec le régime au pouvoir.


En cause: des résultats de scrutin fortement remis en cause à la limite de la fraude.

Sanction immédiate du régime actuel: Ahmadinejad a décidé de couper tout contact électronique avec l’extérieur en bloquant les SMS, les communications de téléphones mobiles et l’accès aux plateformes de réseaux sociaux comme Twitter.

Mais la jeunesse iranienne s’est révoltée, et soutenue par la communauté internationale, elle tente par tous les moyens de décrire la situation sur place en utilisant twitter grâce à des astuces de fausses localisations géographiques et l’utilisation de proxys. Le site de micro-blogging est aussi accessible par plusieurs points d’entrée comme l’adresse web classique, mais aussi l’API twitter, des logiciels (Tweetdeck,..) ou par téléphone mobile ce qui complique la tâche de censure de l’état iranien.

Le journal français Libération parle d’ailleurs de révolution twitter en Iran (image ci-dessus).

L’information ne provient plus des médias tels que CNN car de nombreux journalistes ont été expulsés. Le seul média fiable et non filtré est Internet, via twitter.

Et aujourd’hui fait inusité, le Département d’Etat américain a demandé à Twitter de tout faire pour ne pas avoir de périodes d’interruption (down) afin que les internautes iraniens puissent twitter au maximum l’actualité en direct.

Les Etats-Unis ont donc remplacé leurs journalistes par les utilisateurs de Twiter en Iran.

BoingBoing a publié un guide de la cyberguerre en Iran pour déjouer les autorités (exemples: ne plus utiliser de hashtags tels que #iranelection car trop facilement détectables, ne pas publier les IPs de proxys, changer votre lieu géographique pour Téhéran pour aider à couvrir les internautes sur place, etc..)

  • Last

    très bon article qui prouve une fois de plus que Twitter ne peux exister que dans l’information en temps réel et grâce aux multiples outils qui propulse cette application. Si comme cela s’annonce twitter passe au indice de popularité pour le classement des tweets, ce sera la fin de ce phénomène du web. Et le tour pourquoi pas à Google Wave…