SupaBoy : la Super Nintendo portable de Hyperkin

Ce n’est que lorsque le Game Boy Advance est sorti en 2001 que l’on a enfin pu jouer à des jeux au moins aussi puissants que ceux présents sur Super Nintendo (1992). Les portages n’ont d’ailleurs pas manqué de se succéder en se payant pourtant le luxe d’être moins bons que les originaux (au niveau du son notamment, Final Fantasy VI pourrait vous en parler mieux que moi). Et sauf en passant par des moyens illégaux, il n’a jamais été possible de jouer via une console portable aux exactes répliques de jeux parus sur la 16 bits de Nintendo. En même temps, ce n’est pas comme si la machine que j’allais vous présenter n’était pas juste super officieuse.


Super Nintendo portable Hyperkin

Son nom : la SupaBoy. Son constructeur : Hyperkin. Sa durée de vie si Nintendo apprend son existence : relativement courte. La console n’est tout d’abord pas un modèle de portabilité, d’autant plus que les cartouches restent à l’extérieur de la bête quand on veut y jouer, un peu comme si on les fichait dans un adaptateur pour jeux import. Mais comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessus, la SupaBoy n’en a rien à faire de ressembler à une grosse mémère, car on peut brancher une à deux manettes Super Nintendo dessus et même la relier à un téléviseur grâce au câble composite fourni.

L’ergonomie de la SupaBoy semble être satisfaisante, même si niveau qualité du matériel, ce n’est pas du Nintendo (l’écran reste toutefois convenable). Je poursuis ma lecture des désagréments de la machine avec une autonomie de deux heures et demi et l’impossibilité de lancer des cartouches PAL (et en passant par un adaptateur ?). Mais si vous avez 74,99$ à lui offrir, elle est à vous (uniquement sur le site de Stone Age Gamer).

image : Nintendo Life, via