Sarkozy-Hollande : ca tweete sec mais qui va gagner ?


Lors du face à face télévisé de mercredi soir en France, les deux candidats finalistes de l’élection présidentielle ont fait buzzer les réseaux sociaux, et en particulier Twitter.

Sarkozy-Hollande


Même s’il est difficile de donner un réel gagnant à cet affrontement, digne d’un combat de boxe pour le championnat, toujours est-il que Nicolas Sarkozy et François Hollande auront réussi à soulever les foules par leurs petites répliques bien placées.

Car selon France24, ce sont 237 000 tweets qui ont été échangés entre 19h et minuit. Les données proviennent d’estimations de ZenithOptimedia et sont basées sur 500 mots-clés et hashtags Twitter.

Les passages qui ont fait le plus jaser sont ceux qui parlaient de sujets chauds comme l’éducation, l’immigration ou le nucléaire.

Pour les petites phrases, j’en ai retenu 2 principalement (car comme moi, j’imagine que beaucoup d’entre vous ont regardé le débat) :

-François Hollande : « Moi, président de la république » (répété de nombreuses fois à la fin du débat, effet de persuasion)

-Nicolas Sarkozy : « Je ne suis pas votre élève » (en réplique à Francois Hollande qui voulait une réponse à une question)

Et je termine par mon traditionnel sondage : Qui va devenir président de la république pour les 5 prochaines années dimanche soir ?

  • hanabi

    Un petit retour sur ce post…
    J’ai aussi (comme beaucoup) regardé le « débat » hier soir et sans entrer dans les détails que sont les programmes de chacun ; sans même donné mon avis sur le futur président, je souhaite juste revenir sur les 2 phrases que tu as retenu :

    – “Moi, président de la république” : ceci n’est pas une phrase, il faut un verbe pour être ainsi qualifié. De même, l’effet voulu n’est pas la persuasion (au sens Jedi) mais plutôt donner le rythme au monologue de Hollande. Ce n’est pas une phrase, c’est une rampe de lancement ! 15 fois cités pour 15 SCUDs en direction de la politique mené sous Sarkozy.
    Il est donc normal que cette « phrase » (assurement préparée) ressorte, puisque sa construction (en anaphore), a pour objectif de résonner à celui qui l’entend…

    – “Je ne suis pas votre élève” A la base, c’est une phrase de Mitterand à Giscard d’Estaing lors du débat de 1981 (phrase préparée avant aussi)… Mais ici, je trouve qu’il y a un peu plus qui ressort par la voix de Sarkozy : elle trahit sa haine des « intellectuels », ou plutôt de ceux qui esquivent et contrent par les mots sans quitter la posture de celui qui SAIT (comme un professeur)!
    Ce qui est sûr, c’est que Sarkozy connait ses classiques en politique (les discours de De Gaulle, les interviews de Mitterand ou les débats TV de la 5eme république) ; par contre, je ne suis pas convaincu qu’il avait prévu de balancé ça à Hollande … Je pense que ça lui ait sorti par un réflexe défensif !


    Ce que je mettrais dans les phrases qui ressortent :
    Sarko=>Hollande : « Vous voulez moins de riches, je veux moins de pauvres. » (préparée)
    Sarko=>Hollande : « vous êtes un petit calomniateur » (non préparée)
    Hollande=>Sarko : « vous aurez du mal à passer pour une victime et pour un agneau »

    Enfin les mots qui ressortent :
    du coté de Sarkozy : « Faux », « mensonges » (et toute la gamme) dès lors que Hollande avancent des chiffres ou des faits « plus concret ».
    du coté de Hollande : pas tant des mots mais une attitude : désamorcer les attaques de Sarkozy en les mettant à jour ; par exemple lorsque Sarkozy lui lance « mensonge » : au lieu de contester ou d’insister, il « pose le camp » et renvoi simplement (grosso-modo) : « Ce soir, vous êtes obséder par « le Mensonge », ne serait ce pas pathologique ? ». Il va même jusqu’à retourner cette arme contre Sarkozy en le pointant du doigt et d’exiger : « M. Sarkozy, Dites la vérité » plusieurs fois de suite.

  • Jean

    Hanabi +1

  • galpin

    il faut voter nicolas sarkozy pas hollande

  • DAVID

    hanabi -2