Quand un enfant de 3 ans s’essaie à Journey (PS3)

Pour commencer, il faut bien se dire que le choix d’un jeu vidéo destiné à être joué par un très jeune enfant n’est pas anodin. Ça peut paraître évident, mais je tenais à ce rappel. Par chance, il existe des titres dont on ne craint absolument rien, de ceux qui peuvent être mis entre toutes les mains sans risquer de provoquer de malheureux troubles. On pourrait mettre Journey dans cette catégorie, parce qu’il n’est non seulement jamais violent, et aussi car il est construit différemment d’un jeu vidéo traditionnel.


La course à la puissance n’existe pas dans Journey, la peur de l’autre également car tout le monde se ressemble. Dans ce jeu signé par thatgamecompany, le voyage est omniprésent, permanent, sans aucune indication à l’écran. Pour un joueur aguerri et habitué à la violence des productions d’aujourd’hui, il ne sera peut-être pas facile de se plonger dans Journey, mais sur un esprit vierge de toute expérience vidéloudique (ou presque), quel serait le résultat ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans cette vidéo d’une vingtaine de minutes nous présentant la partie de Logan, 3 ans.

Il ne se laissera pas aller à des comparaisons avec d’autres jeux car il n’en connaît probablement que très peu sinon aucun à part celui-ci. Il ne cherchera pas forcément un monstre à aller abattre. Logan se contentera simplement d’avancer, les yeux avides de découvertes, en manipulant cet être diaphane si gracieux qui lui sert d’avatar. Et qui sait ? Peut-être que dans votre prochaine partie de Journey, vous le rencontrerez, tout en sachant qu’il est impossible de connaître le nom, l’âge et le sexe des joueurs que l’on croise dans Journey.

[via]