PRISM : la fin de la vie privée ? La NSA et le FBI ont accès à nos données

Vincent (G+)
Sécurité
7 juin 2013
12213 Views

Selon ce que rapporte le Washington Post, la NSA a maintenant accès aux données des géants technologiques comme Google (Gmail, Youtube…), Facebook, Microsoft (Hotmail, Skype..), Yahoo, AOL, Apple et PalTalk. Ceux-ci ont accepté de fournir une Backdoor aux autorités américaines (FBI). Et ce, depuis 2007… (voir plus bas).

Programme top secret

Nommé PRISM, ce programme censé être top secret vient de fuiter publiquement. En accédant aux données personnelles de millions (voire milliards) de personnes connectées, les Etats-Unis ont un immense terrain de jeu pour du Data Mining afin de préserver leur sécurité nationale. Cela annonce également la fin complète de la vie privée… (Big Brother si tu me lis)

Avec l’image ci-dessous, on peut voir que la première compagnie à ouvrir sa porte fut Microsoft en 2007 (sous l’ère Bush). Google et Facebook ont donné accès à leurs serveurs en 2009. Apple est le dernier ajout en date (depuis octobre 2012).

PRISM membres

Prism Telecommunications

PRISM

Voici le début d’un scandale mondial à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux… Souriez, vous êtes filmés, traqués sur internet et écoutés sur votre mobile :-) . Désormais l’Agence Nationale de Sécurité Américaine (NSA) peut tout voir, tout savoir, via un simple portail web qui permet d’effectuer des recherches, comme vous et moi sur Google. Elle pourra lire le contenu de nos emails, voir nos vidéos et photos, nos mises à jour sur Facebook, nos appels téléphoniques via VoIP, et plus encore…

National Security Agency

a ecrit 7473 articles

Webmarketer depuis 1999. Besoin de mes services de contenu et de marketing ? Contactez-moi par email, via Linkedin ou visitez ma section A Propos.


3 Commentaires to “PRISM : la fin de la vie privée ? La NSA et le FBI ont accès à nos données”

  1. Dominique dit :

    « Voici le début d’un scandale mondial »
    Mais non, pas dut tout, Big Brother est parfaitement accepté (par les médias d’abord, le public ensuite). Ce qui est vendu comme (la sacro-sainte) sécurité nationale permet tout aux États-Unis.

    Rappelons que le très peu révolutionnaire Washington Post rapportait en 2010 qu’il existait 3200 agences de renseignements aux USA, dont la majorité privées.

    Ce qui est présenté dans cette page n’est qu’un petit point dans l’iceberg de violations aux règles internationales que ce pays se permet, sans provoquer plus d’indignation que ça (même pas de débat). Les médias préfèrent parler du procès contre les Pussi Riot (qui risquaient 3 ans de réclusions pour leurs actes, exactement comme en Allemagne) que du blocus illégal que font subir les States à Cuba depuis 50 ans contre l’avis de l’ONU (mon propos n’étant pas de soutenir le régime cubain) ou des détentions « indéfinies » à Guantánamo sans procès ou des prisons secrètes établies en Europe au lendemain du 11/9 ou encore de l’emploi de drones, tout ça en dehors de toute règle…

  2. Vincent Abry dit :

    Sur CNN ils en parlent pas mal depuis hier soir, et n’épargnent personne. Plus aucune crédibilité pour Obama disent-ils.
    Cette image en dit long (super montage photoshop) : http://4.bp.blogspot.com/-iO-7l8bF4Hk/UQim_IcOeyI/AAAAAAAAAiA/YypBW9bwyQw/s1600/ObamaBush.jpg

    Quand à Big Brother, en fait je n’ai rien contre si cela est fait dans un but de sécurité des individus (et qu’on soit mis au courant, cette fois on l’est) et non pas d’espionnage.

  3. Dominique dit :

    « Quant à Big Brother, en fait je n’ai rien contre si cela est fait dans un but de sécurité des individus… »

    Je ne t’apprendrai pas que Big Brother est issu d’un roman de George Orwell.
    Il suffit de se référer à ce roman connaître son usage. Dans le roman, il est (presque) parfaitement accepté.