Le Nasdaq victime de Crackers


Nasdaq

En 2010, des pirates informatiquescrackers« ) s’en sont pris à plusieurs reprises au Nasdaq, le deuxième marché d’actions aux Etats-Unis, selon ce que vient de rapporter le Wall Street Journal.


Cela pourrait-il expliquer cette brève chute de 9% le 6 mai 2010 pendant quelques minutes, attribuée à l’époque à un trader ?

Les autorités fédérales américaines et services secrets enquêtent depuis un an. Même si les attaques n’auraient pas affecté la plateforme technologique qui exécute les ordres, les enquêteurs sont incapables de dire avec précision ce qui a été touché. Les pirates pourraient venir de la Russie mais là encore, cette localisation géographique a peut être été utilisée pour brouiller les pistes.

Parmi les motivations sous-jacentes, le rapport évoque plusieurs hypothèses comme l’atteinte à la sécurité nationale US, des gains financiers personnels (imaginez que vous êtes en mesure de pouvoir jouer avec le prix des actions après avoir investi des millions!) ou encore le vol de secrets de trading.

  • Jeff_

    Ouuuuu là ! C’est un peu léger tout ça et ça part mal dès la première ligne.
    Un hacker n’est pas un « pirate informatique », mais simplement un développeur aux techniques et connaissances un peu plus élevées que la moyenne, dont le but ultime est d’améliorer la sécurité informatique et de garantir la liberté numérique.
    Un pirate effectue des actes de piraterie, autrement dit, il détourne des marchandises et des personnes à son profit, historiquement dans le domaine maritime, parfois aérien, autant dire que la première ligne n’a aucun sens. Au pire on pourra parler d’un «cracker» qui peut être considéré comme un hacker qui mets son talent à son propre service ou l’utilise dans le but de casser du code, de vandaliser.
    En suite tout le reste est quand même plus que discutable : en gros, on est même pas certain qu’il y ait eu une attaque, on est pas certain de quand, de quoi, de qui ni même d’où ça a été fait… bref on ne sait rien quoi… mais on fait un article… tout va bien.

  • Vincent Abry

    @Jeff : « hacker » est pourtant le terme anglais utilisé par le Wall Street Journal.
    La définition de hacker par wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Hacker semble dire que le terme est utilisé par les médias de masse abusivement parfois. Je vais donc corriger par « cracker »
    merci des détails.

  • Makebono

    Bonsoir,
    Vous devriez aller faire un tour du côté du blog de Paul Jorion plutôt de reproduire les ânneries du WSJ :)
    Les HFT seraient à l’origine de ce krach.
    Ces transactions financières dont de l’ordre de moins d’une seconde et elles représentent aujourd’hui plus de 75% des ordres. C’est totalement absurde, mais cela représente la majeure partie des bénéfices des sociétés tels que: Goldman Sachs et d’autres firmes sauvées par les deniers publics de l’occident.

  • Effbie

    Moi les crackers, je les aime bien avec un peu de fromage…

    On peut pas trouver un autre mot?

  • Arnaud Velten

    Les crackers crackent des logiciels
    Les hackers hackent des systemes
    :)

  • Arnaud velten