Les criminels pourraient être démasqués par les reflets dans les yeux de leurs victimes

Une étude menée par le Docteur Rob Jenkins de l’Université de York (Angleterre) dévoile qu’il serait possible d’identifier les personnes ayant pris des photos, ainsi que leur environnement, en analysant le reflet dans l’oeil de la personne photographiée. Plus précisément en zoomant avec un logiciel adéquat sur l’image renvoyée par la cornée, au niveau de la pupille.


En simulant des photos prises par des criminels et en faisant identifier les images retrouvées dans les yeux des victimes à des témoins, les chercheurs ont réussi à obtenir un degré de précision de 84% lorsque les témoins connaissaient déjà les criminels et de 71% en comparant l’image agrandie à une photo de passeport lorsque les témoins ne connaissaient pas les criminels.

image dans pupille cornee

etude Rob Jenkins

etude oeil photo

plos one york university

L’analyse de telles images pourrait aider les services de police à identifier des suspects dans certaines circonstances (la victime doit regarder directement dans l’objectif pour des résultats optimaux et il faut préciser que pour son étude Jenkins a utilisé un APN Hasselblad de 39 Megapixels).

Avec la définition des appareils photos numériques dans les smartphones qui ne fait que s’améliorer, les enquêteurs de la police scientifique disposeront de plus en plus d’images de qualité suffisante pour mener à bien leurs investigations.

Quand on sait également que 40 millions de photos sont uploadées tous les jours sur Instagram et que les portraits sont parmi les photos les plus courantes, Jenkins met en garde sur le type d’information que chaque personne est susceptible de laisser derrière elle sur chaque photo…

[Plos One, via]