Le secret de Ronald Mallett: sa machine à remonter le temps

Vincent (G+)
Science, Espace
9 nov 2008
2050 Views

Ronald Mallett n’a que 10 ans lorsque son père, âgé de 33 ans, est terrassé d’une crise cardiaque.

L’immense vide créé par le choc de cette perte va pousser Mallett à devenir l’un des physiciens les plus respectés de son temps en théorie de la relativité et en physique quantique.

Avec un seul but: retourner dans le passé pour revoir son père et l’empêcher de fumer deux paquets de cigarettes par jour. Ce qui lui aurait certainement éviter son infarctus.

Et pour ca l’homme a un secret. Fortement influencé par le roman « La Machine à explorer le temps » de H.G. Wells qu’il lit à l’âge de 11 ans, Mallett s’est mis en tête de développer sa propre machine à remonter dans le temps. Son projet le sort d’une profonde dépression et pour un écolier qui n’aimait pas les maths, il décroche un doctorat de physique théorique en 1973.

53 ans après la mort de son père, il a presque réussi son pari. Certes il n’a pas été encore capable de le revoir mais la recherche a largement avancé. Son père serait fier de lui.

En quoi consiste sa recherche: Mallett tente de courber l’espace-temps par la lumière (laser). En fait il essaie de le tordre assez afin qu’il forme une boucle. Avec cette possibilité il n’y aurait aucun problème à naviguer dans le passé et dans le futur.

Le scientifique a recu le soutien financier de l’Université du Connecticut.

Il a aussi publié un livre, The Time Traveller: A Scientist’s personal mission to make time travel a reality , qui sera bientôt adapté au cinéma par Spike lee.

Sa page web à l’Université du Connecticut: http://www.phys.uconn.edu/~mallett/main/main.htm

Deux vidéos sur la recherche de Ronald Mallett, CNN et Lavin Agency:

a ecrit 8348 articles

Marketeur internet depuis 1999 et blogueur depuis 2006 sur les nouvelles technologies, les réseaux sociaux, l'art et la culture internationale, ainsi que sur l'actualité virale. Si vous avez besoin de mes services d'écriture ou de marketing contactez-moi par email ou via Linkedin.






141 Commentaires to “Le secret de Ronald Mallett: sa machine à remonter le temps”

  1. D’un côté, si il y arrive et convainc son père, le petit qu’il était n’aura jamais la détermination d’inventer cette machine vu que son père ne sera pas mort…

  2. Jo dit :

    Bonjour !

    Oui, mais quand on remonte dans le passé, on créer un nouvel espace temps, donc c’est possible !

    IL ne sauvera pas son père du 1 er espace temps, mais du 2 ème espace temps !

    Et si on reste dans le 2 ème espace temps, on disparait du 1 er espace temps, car on ne peut pas revenir dans le 1 er espace temps !

    Voilà pourquoi on ne risque pas de modifier le temps aux yeux des autres !
    On modifie le temps par rapport à son propre espace personnel et non celui des autres !

    On vit donc sa propre réalité par rapport à sa propre existence temporelle !
    Si je vais dans le second espace temps, les autres auront conscience que j’existe, alors que dans le 1 er espace temps je n’existerais plus pour personne, vu qu’ils croieront que j’aurais disparu !

    Donc si je veux continuer à vivre, j’ai intérêt à rester dans le second espace temps !
    Car dans le second espace temps, je peux empêcher quelqu’un de mourir !
    J’existe dans tout les espace temps que j’ouvre en fait !

    Plus j’ouvre d’espace temps, plus je modifie le temps !
    Mais une fois que j’ai modifié le temps dans un espace temps, je ne pourais plus y revenir pour le modifier !

    Il faudra alors que j’ouvre un 3 ème espace temps !
    Et ainsi de suite !

  3. Vincent dit :

    Jo, j’aime bien votre analyse. D’où tenez-vous cela?

  4. Jo dit :

    Bonjour Vincent !

    Et bien, à force de passer mon temps sur internet, je commence à apprendre des choses sur les machines qui permettent de remonter dans le passé !

    Au fait, c’est quoi votre e-mail ?

    Moi c’est Jo.Zed@orange.fr !

    Ecrivez moi un mot à cet e-mail là !

    Ca me ferais plaisir !

    A bientôt !

    Jo

  5. Marwin dit :

    Moi je suis pas vraiment d’accord avec cette analyse… c’est le genre de concept qui a été étudié dans certaines séries télévisées ou de dessins animés tel Dragon ball Z, de façon subtile certes mais traités quand même, je pense que tant que l’on ne l’as pas fait on ne peut pas vraiment le dire, on est pour l’instant qu’au stade de l’hypothèse sur pas mal de chose concernant le temps. si on dit créer un nouvelle espace-temps, alors c’est un peu comme s’il existaient deja, et pourquoi l’espace-temps ne serait-il pas unique en son genre?
    je ne pense pas que l’on ai la possibilité de créer un nouvel espace-temps, peut être que d’autre contraintes son liées pour pouvoir le faire. Qui sais? peut être a ton une signature temporelle, qui ne fonctionne que dans notre temps dimensionnel! Et dans mes recherches a moi, j’ai longuement lus et réfléchis, mais jamais je n’ai vu la possibilité de créer un nouvel espace-temps

  6. masson dit :

    D’après Mallett j’ai cru comprendre que l’on peut voyager dans le temps mais pas plus loin que la date de création de la machine or j’aimerais comprendre pourquoi et surtout j’aimerais savoir si il ya justement un moyen de transcender cette loi merci de me répondre

  7. bernard dit :

    ESPACE-TEMPS
    SUITE

    Dans la page « Expériences Espace-temps » il est rappelé que tout objet accéléré à la vitesse de la lumière acquiert une masse infinie par l’énergie fournie pour permettre son accélération vers la valeur de (c).
    En simplifiant nous dirons que tout objet accéléré à la vitesse de (c) acquiert une masse « infinie » (selon la théorie relativité). Cette situation avait été mise en parallèle avec les trous noirs, eux aussi de masse « infinie », pour imaginer que deux causes, trou noir et masses accélérées, pouvaient induire les mêmes effets sur l’espace-temps.

    Si maintenant on imagine un vaisseau habité accéléré à la vitesse de la lumière ce dernier deviendra de facto un trou noir pour un observateur. Dans le référentiel propre du vaisseau rien ne se passera et il sera permis à ce même vaisseau de franchir de grandes distances .
    Dans les théories habituelles il est intéressant de noter que seul et trop souvent est pris en compte le coté dynamique de la démonstration (vaisseau et pilote).
    La question est de savoir si aussi pour l’observateur (statique) des effets peuvent se faire sentir ?
    Imaginons un instant qu’il y ait deux observateurs pas très loin l’un de l’autre et que ce vaisseau, accéléré à la vitesse de (c), donc de masse « infinie », passe entre ces deux observateurs.
    Le résultat devrait en être un rapprochement des deux observateurs sur une dimension, donc un raccourcissement de leur distance de séparation initiale (espace-temps).
    Suite au passage du vaisseau et après ce rapprochement, les deux observateurs devraient reprendre leur place initiale, l’espace reprenant sa forme.

    Par exemple, et dans un domaine tout à fait différent, nous pouvons imaginer disposés sur les bords d’une route deux observateurs, un de chaque coté et se faisant face, et un camion lancé à grande vitesse passant entre ces deux observateurs. On pourra alors constater que les deux observateurs sont aspirés et se rapprochent au passage du camion pour reprendre leur place une fois le véhicule passé. Il s’agit là bien sûr d’une aspiration due à l’air mais ceci illustre assez bien notre propos précédent

    Jusque là nous avons fait intervenir pour la démonstration un objet macroscopique (vaisseau) : qu’en est il d’un objet microscopique (rayon) constitué d’autant de particules voyageant à la vitesse de (c).
    Il y a la possibilité non négligeable qu’un rayon de particules passant entre les deux observateurs produise un résultat semblable à celui provoqué par le vaisseau cité plus haut
    L’explication pourrait résider dans le fait que chaque particule du faisceau constituant le rayon se comporte comme autant de micro trous noirs et modifie sur son passage les valeurs espace-temps
    Il y a donc une forte probabilité pour que, sous certaines conditions, un observateur statique puisse voir son espace-temps varier et se déformer, ce qui permettrait un jour un déplacement spatio-temporel sans pour cela être accéléré de quelque manière que ce soit.

    Dans les dessins qui suivent le vaisseau spatial est remplacé par des particules accélérées à la vitesse de (c), on peut voir l’étirement de l’espace dans la zone A-B ainsi que le tassement de l’espace zone C autour d’un faisceau continu de particules accélérées à la vitesse de (c).

    C’est à cette qualité attractive des objets (microscopiques et macroscopiques) accélérés à la vitesse de (c) que cette page est consacrée et non pas à l’objet lui même.
    Car si dans le paradoxe des jumeaux du voyageur de Langevin il est possible au pilote évoluant à la vitesse de (c) de se différencier d’un observateur au repos, dans les lignes proposées nous essayons de faire partager la perception qu’un observateur peut ne pas être aussi neutre que l’on pourrait le penser à l’effet du passage d’un objet accéléré à (c) passant à sa proximité.

    Il y aura une suite à ces pages, celle -ci dépend du dépôt d’un brevet et ne sera éditée que dans quelques temps.

  8. bernard dit :

    l’homme pourra-t-il le manipuler un jour ?

    La science-fiction nous a habitués aux voyages dans le temps. Bien souvent l’esprit des auteurs ne se base que sur des intuitions, mais le mérite en est qu’ils nous font rêver, et par la même occasion nous font espérer un jour y arriver, car beaucoup de ces intuitions de par le passé se sont retrouvées dans le présent comme technologies courantes.
    Actuellement quelques possibilités théoriques sont connues, telles qu’aller à la vitesse de la lumière ou alors de se promener aux abords d’un trou noir voire d’aller se promener à l’intérieur avec les risques que l’on connaît ou plutôt que l’on suppose.
    Cette page n’a pas la prétention de dévoiler les secrets de ces types de voyages, elle est là seulement pour essayer d’ouvrir le débat avec des questions et des raisonnements qui auront le mérite d’être posés.
    Les sciences- frontières froissent et défroissent l’espace-temps comme un morceau de papier. Les masses le courbent et les trous noirs plus que tous autres jusqu’à des extrêmes non connus de nos observations.
    Mais il est admis que la masse « infinie » d’un trou noir courbe l’espace-temps, et nous allons essayer de nous servir de cette image pour en arriver à des possibilités autres, qui mettent en jeux le même principe, sans pour cela utiliser un objet aussi exotique.
    Une représentation naïve est de poser un trou noir sur une ligne A-B représentant l’espace-temps pour voir A et B se rapprocher comme si l’on rapprochait les deux extrémités d’une feuille de papier.
    La logique de ce raisonnement si elle s’avérait juste permettrait de pouvoir procéder à d’autres expériences.
    Si pour le moment nous ne disposons pas d’un trou noir à coté et ne savons pas le fabriquer, il est une technique ou plus exactement une théorie qui pourrait se substituer au manque de ce matériel très exotique.
    Sans expliquer le trou noir en lui-même puisque sans observation directe, il est très difficile de le faire, nous allons nous rabattre sur un de ses effets.
    Sa masse tendant vers l’infini a pour conséquence le fait d’étirer, courber, voire déchirer l’espace-temps.
    Nous savons déjà que toute masse est en mesure de faire la même chose à des degrés divers selon leur importance et le trou noir constituant l’extrême connu en sera le meilleur exemple. A coté de cet exemple, nous allons en prendre un autre qui est abordé dans la relativité, mais qui n’a jamais été utilisé, ni même comparé.
    La masse d’un objet accéléré augmente avec sa vitesse et tend vers l’infini aux abords de la vitesse de la lumière.
    Donc la conséquence directe d’un objet ( microscopique ou macroscopique ) accéléré à la vitesse de la lumière si elle tend vers un « infini » peut localement être comparée à un trou noir dynamique.
    Sans aller au-delà, déjà nous pouvons constater que deux causes différentes peuvent avoir les mêmes effets. ( trou noir, et masse accélérée ).
    Pour être plus explicite et avoir une vision naïve de la chose, nous reprenons la droite A-B sur laquelle au début nous avions posé un trou noir, pour remplacer ce dernier par un ou plusieurs objets accélérés à la vitesse de la lumière avec une trajectoire perpendiculaire à la ligne A-B.Nous devrions constater un raccourcissement de l’espace A-B.
    Sans en arriver à une conclusion hâtive, et par simple déduction, si l’attraction d’un trou noir par sa masse « infinie » permet réellement de courber l’espace temps localement, la masse « infinie » d’un objet quel qu’il soit et aux abords de la vitesse de la lumière doit être de même nature à apporter les mêmes effets.
    Si les théories sont justes, alors il est possible de penser que l’espace temps pourra être manipulé dans un temps assez proche. Des possibilités spectaculaires pourraient être envisagées, car dans cette représentation naïve, il n’est pas interdit de penser que si non un objet mais plusieurs objets sont accélérés à la vitesse de (c ) sur un même plan entre deux points, nous pourrions alors faire côtoyer le local A du distant B.
    La difficulté à prouver ce genre de choses tient du fait qu’il est difficile de vérifier de telles éventualités ou hypothèses. Pourtant la possibilité de découverte de protocoles d’expériences permettant de valider ces hypothèses doivent exister.
    Je laisse à tout chercheur le soin de le faire, mais de mon coté je formule une proposition. Prenons un faisceau laser continu ou de particules avec pour cible un détecteur mesurant le temps de parcours et la distance A-B.
    Prenons plusieurs autres lasers juxtaposés et parfaitement parallèles, et faisons en sorte que ces derniers interceptent le rayon A-B perpendiculairement.
    Si le détecteur A-B change de valeur, il sera alors possible de penser que nous sommes en présence d’un rétrécissement de la distance A-B ou d’un changement du temps de parcours du rayon.

    JOUER AVEC LA LUMIERE

    Protocole d’expérience N°2

    Ce type d’expérience n’a rien à voir avec la précédente, mais dans la mesure ou elle présente la particularité de pouvoir aider à mettre en évidence la résurgence du passé dans le présent, elle sera évoquée.
    Nous prenons deux miroirs, le premier est un miroir réfléchissant ( A ), et le second un miroir sans tain ( B ).
    Ces deux miroirs sont placés face contre face réfléchissante à ( X ) distance.
    Perpendiculairement et à l’extérieur du dispositif est disposée une source de rayonnement laser continu, de sorte que le rayon traverse le miroir sans tain et se retrouve piégé entre les deux surfaces réfléchissantes.
    On doit constater à l’extinction de la source laser, et ce pendant un temps très court, la réflexion du rayon entre les deux miroirs continuer alors que la source est éteinte.
    Cette constatation peut amener à la conclusion suivante: le passé de l’émission source est perceptible alors que cette dernière dans le présent est éteinte.
    Sur la base de cette même expérience, plaçons un homme entre deux miroirs suffisamment grands, on constate une infinité de réflexions de cet homme entre ces deux mêmes miroirs.
    Imaginons maintenant que cet homme est doué pour se déplacer très rapidement et sorte du champs des deux miroirs instantanément.
    Sa réflexion la plus lointaine doit être perceptible alors qu’il n’est plus dans le champ de réflexion.
    On peut alors conclure que son image est encore là , alors que lui est déjà ailleurs.
    Dans cet exemple j’ai volontairement choisi un personnage pour rendre l’expérience plus représentative, mais cette dernière peut être réalisée avec un protocole sérieux.
    Bien sûr il ne s’agit que d’une expérience de pensée, mais elle amène à réflexion.

  9. Mirana dit :

    J’ai une question, je voudrais savoir si Ronald Mallet avait des liens avec Albert Einstein.Repondez moi sur mon e-mail :
    msth12@rocketmail.com
    Merci a tous.
    Bye

  10. Lom dit :

    Si ces ce la se vérifie, il obtiendra sans doute le prix nobel.

  11. doc5967 dit :

    Bonjour,
    Permettez-moi de corriger quelques points car j’ai lu beaucoup de choses insensées (excusez-moi mais vous pourrez vérifier):
    1/ Un trou noir n’a pas une masse infinie : il a une masse déterminée et un rayon déterminé .
    2/ Si un corps « pouvait » se déplacer à la vitesse de la lumière, celui-ci aurait une masse infinie : l’énergie qu’il faudrait lui communiquer pour atteindre cette vitesse serait donc infinie, c’est pourquoi cela est impossible.
    3/ Sachez que RIEN n’est infini dans l’univers à part peut-être la bêtise humaine (citation de A.Einstein)
    Concernant R.Mallett, ses connaissances en Relativité Générale sont indéniables : l’effet qu’il voudrait reproduire est appelé effet « lense-Thirring » bien connu des physiciens (entraînement de l’espace temps ,cet effet existe autour de la Terre qui a une masse énorme et a une influence négligeable mais mesurable sur les satellites).
    Par contre, les moyens utilisés pour tordre l’espace-temps (Laser en cavité)n’ont aucun sens : En effet, E=MC² et l’énergie a une masse, mais pour qu’un laser devienne « aussi massif », il faudrait une énergie ASTRONOMIQUE :
    1/ impossible de créer et même d’alimenter un laser de cette puissance.
    2/ avec un tel laser, les miroirs seraient vaporisés, et pour commencer le laser lui-même.
    L’idée est bonne, mais pas les moyens, par contre, çà fait vendre des livres :
    Ceci dit, je suis bien de ceux qui pensent que le voyage dans le temps est possible, mais pas comme çà.

  12. doc5967 dit :

    J’oubliais une chose :
    Concernant les différents « espaces-temps », vous voulez parler des différentes « variantes historiques », ce qui n’est pas la même chose :
    Les variantes historiques existent, en Mécanique Quantique, lorsque vous faites une « mesure » sur l’état « indéterminé » d’une particule, vous prenez « au hasard » une variante historique parmi d’autres, ce qui explique qu’il n’y a pas de transmission d’information supraluminique entre 2 particules intriquées par exemple, et que l’on ne peut se servir de celles-ci pour transmettre une information plus vite que c, malheureusement : information = contrôle et n’ayant pas de contrôle sur A, vous n’en n’avez pas sur B : pas de paradoxe, CQFD.

    Doc

  13. Mathieu dit :

    je pense pas qu’il s’agisse véritablement de courber l’espace temps comme un trou noir dans son expérience, mais de flirter avec, il fait joujou avec la lumière (qui est ralentie fortement avec des températures basses) et avec 2 faisceaux lumière allant dans des directions contraires, puis un neutron est envoyé au centre des faisceaux (au centre l’espace-temps devrait se courber faiblement), le spin du neutron est modifié (du a la courbure « infime ») et sachant que le neutron va à la vitesse de la lumière et qu’il est ensuite ralentit fortement en entrant dans le dispositif, Il s’y reconstruirait donc avant sa désintégration…

    Pour clarifier le tout mr R.Mallett ne cherche pas à voyager dans le temps actuellement mais à influer sur la causalité.

    Si je me suis tromper dans mes explications n’hésitez pas à le faire savoir.

  14. Mathieu dit :

    Encore une chose:

    je voudrais aussi discuter avec quelqu’un pouvant m’expliquer une question que je me pose.

    je suis partit de ce principe en réfléchissant sur la machine de Mallett, la machine ne peut pas aller au-delà de la date de sa création elle devient elle-même son propre espace-temps. Mais je me suis demandé concernant l’énergie des milliards de rayons cosmiques qui nous bombardent chaque jour, est ce une énergie perdue à jamais ? elle dépasserait de loin l’énergie nécessaire pour courber notre espace-temps si l’on pouvait la condenser … et vu qu’elle est constante on devrait la retrouver à toute période du temps. Si cela est possible bien sur l’on pourrait donc retourner à l’époque des dinosaures sans problème …

  15. doc5967 dit :

    Bonjour Mathieu, tes arguments sont intéressants : Je sais que R.Mallett tente d’influencer la causalité : le problème, c’est que dans la configuration de son dispositif, il peut prouver que les lasers entraînent bien l’espace-temps, par la modification du spin du neutron, c’est un fait.Par contre, cela est bien insuffisant pour créer une boucle de genre temps.Ensuite, la lumière peut effectivement être considérablement ralentie par le froid, mais le fait que le neutron se déplace plus vite que la « lumière ralentie » ne lui permet pas d’enfreindre la causalité, car il demeure en dessous de « c ».

  16. doc5967 dit :

    Concernant les rayons cosmiques, même si beaucoup ont une énergie des millions de fois supérieure à celle du LHC,lieu de prédilection théorique de trous noirs ou de trous de vers, ce n’est pas l’existence des rayons cosmiques en soi depuis l’ère des dinosaures qu’il faut considérer, mais plutôt « une porte naturelle existante à cette ère », que celle-ci fût créée par des rayons cosmiques ou un autre phénomène.
    En espérant t’avoir éclairé…

  17. doc5967 dit :

    R Mallett, dans le chapitre le plus intéressant de son livre (Building the Machine)expose 2 phases de ses travaux : 1/ Réaliser son expérience avec 10000 lasers de 10 watts pour prouver l’entrainement (très faible) de l’espace-temps. 2/ Prouver que la sphère de causalité d’une particule peut être affectée par une boucle de genre temps, MAIS (c’est là que le bas blesse) : il n’expose aucun moyen technique permettant de créer ces boucles, si ce n’est qu’en admettant qu’il faudrait des lasers d’une puissance ENORME…cela, malheureusement c’est inconcevable, c’est TOUT LE PROBLEME …
    Je suis d’accord pour poursuivre ce débat passionnant avec toi Mathieu car moi aussi je cherche une faille, mais je ne l’ai pas encore trouvé…

  18. doc5967 dit :

    Je viens de relire ton idée Mathieu, une chose m’avait échappé, je comprends où tu veux en venir.Si je comprends bien, tu proposes la technique de R.Mallet appliquée à des rayons cosmiques (omniprésents depuis des millions d’années), à la place de la lumière.OK.Le problème, c’est que si tu arrivais à condenser ces rayons cosmiques avec la machine que tu viens de construire, tu n’aurais pas la possibilité de condenser ceux d’hier puisque tu n’as pas encore la machine capable de le faire, il faudrait pouvoir t’empêcher de la « défabriquer » en revenant en arrière(je sais, c’est assez marrant), je n’avais pas 18 ans quand j’ai commencé à réfléchir à tous ces scénarios, et il y a de quoi se frapper la tête dans le mur…et j’ai une sacrée bosse !

  19. mathieu dit :

    le flux de particules cosmique constant de haute énergie affecte surement l’espace-temps en certains endroits. (ce n’est qu’une hypothèse)

    Si l’on peut se trouver au bon endroit et avec un dispositif de type R.Mallett il serait peut être possible d’en explorer l’entrée « fragilisée » et donc d’accéder à un pont Einstein-Rosen-Podolski dit « naturel » -> décrit dans la théorie des cordes.

    pour que sa marche il faudrait que la zone fragilisée espace-temps soit aussi la zone ou se trouverait le pont en question.

  20. mathieu dit :

    je suis désolé je me suis éloigné du sujet …sa reste tellement théorique tout sa, et on peut vite laisser l’esprit aller à de multiples fantaisies.

    je vais y repenser sérieusement cette semaine et je te donnerais mes conclusions.

  21. doc5967 dit :

    Les ponts Einstein-Rosen-Podolski sont effectivement prévus par la Relativité Génerale.Ils pourraient effectivement se manifester lors de collisions de haute énergie (LHC peut-être et à fortiori bien sûr dans les rayons cosmiques)ou au contraire dans le vide quantique (voir effet casimir), et peut-être bien partout d’ailleurs…Le problème est qu’ils ont une durée de vie de 10EXP-43sec et une dimension de 10EXP-35m.De plus, la moindre perturbation entraîne leur destruction, à supposer qu’on sache les maintenir ouverts plus grands et plus longtemps…

  22. doc5967 dit :

    Malgré ces limites (temps et dimension de Planck), certains proposent ed pouvoir les maintenir ouvert avec une matière « exotique » (antigravitationnelle), que l’on pourrait extraire dans l’effet casimir.L’hypothèse est que l’énergie totale fluctuante du vide quantique étant nulle, on part du principe qu’entre 2 plaques métalliques, les énergies étant moindres, elles sont forcément négatives mais cela a été démenti : en effet, les restrictions imposées par les plaques font du vide un vide « moins fluctuant » mais dont l’énergie totale est encore une fois nulle et pas négative, même si la force en question pourrait bien être de la même nature que celle qui accélère l’expansion de l’univers, la fameuse constante cosmologique longtemps abandonnée par Einstein lui-même, lorsqu’il croyait que celle-ci fût la plus grande bourde de sa vie, et pourtant, il pourrait bien avoir raison.

  23. doc5967 dit :

    Je ne pense pas que tu t’éloignes du sujet au contraire, il existe une multitude « d’expériences de pensée » (chères à Einstein)et différentes façons d’aborder le même problème.La physique actuelle souffre de beaucoup de contradictions insolubles, notamment parce qu’à de hautes énergies, la MQ et la RG empiètent chacunes sur le domaine de l’autre théorie qu’elle est inapte à décrire : c’est tout l’enjeu du LHC : confronter ces 2 théories par l’expérience pour trouver une théorie plus globale intégrant deux descriptions différentes (voire radicalement opposées) d’un même phénomène que notre manque de connaissances actuelles ne nous permet pas de décrire correctement.La démonstration de l’existence de dimensions supplémentaires est peut-être à notre portée ce qui expliquerait la faiblesse relative de la force gravitationnelle par sa grande dilution dans 11 à 20 dimensions (T.des cordes)

  24. mathieu dit :

    Tu cites souvent A.Einstein, pourtant en parlant de sa femme il disait de Mileva : « Sans elle, je n’aurais jamais commencé mes recherches, et je ne les aurais certainement jamais terminées. » Milena à donc contribué à l’équation E=mc2 par exemple.

  25. mathieu dit :

    Pour revenir à la machine temporelle et l’entrainement de l’espace-temps & les rayons cosmiques, je me permet de citer Bernard :

    « L’explication pourrait résider dans le fait que chaque particule du faisceau constituant le rayon se comporte comme autant de micro trous noirs et modifie sur son passage les valeurs espace-temps
    Il y a donc une forte probabilité pour que, sous certaines conditions, un observateur statique puisse voir son espace-temps varier et se déformer, ce qui permettrait un jour un déplacement dans le temps sans pour cela être accéléré de quelque manière que ce soit »

    Intéressant n’est ce pas doc ;=)

  26. mathieu dit :

    Ce que dis Bernard je l’avais déjà lu sur un site (qui est peut être le sien d’ailleurs) il part du principe qu’une particule se déplaçant à la vitesse de la lumière peut se comparer à un trou noir dynamique.

    Donc un faisceau de particules intenses & localisé devrait courber l’espace-temps.

  27. doc5967 dit :

    J’ai effectivement lu le commentaire de Bernard qui semble être le copier-coller d’un site que je viens de visiter.
    Sur le principe qu’un faisceau de particules de haute énergie puisse courber localement l’espace-temps, je suis d’accord, à fortiori lors de collisions (énergie maximale au centre de masse et grande concentration.
    Par contre, je suis désolé d’être franc mais les propos concernant la masse infinie d’un trou noir ou d’une particule accélérée (qui ne peut PAS atteindre C)sont fantaisistes.En effet,ce qui est « supposé » être infini dans le trou noir, c’est sa « densité » et non sa masse.Une masse quelconque qui serait concentrée dans un point de dimension nulle (singularité)aurait effectivement une densité infinie (telle que prévu par la R.G.)et doit être isolée de l’univers par un « horizon » d’évènements.

  28. doc5967 dit :

    Certains doutes subsistent même quant à l’existence de cette singularité,(les infinis sont rejetés par la physique, c’est pour cela qu’un horizon d’évènements est censé « occulter » ce non-sens) puisque lors de la formation d’un trou noir, plus sa vitesse de libération tend vers C, et plus le temps ralentit, ce qui pour un observateur extérieur correspond à des chutes d’agrégats de matière de plus en plus lents, et donc une formation définitive de celui-ci au bout d’un temps infini (c’est-à-dire jamais où jusqu’à la date de son évaporation, c’est-à-dire dans un futur où le « dit » trou noir « rayonne du Hawking » plus qu’il ne lui reste de matière à avaler.

  29. doc5967 dit :

    L’expérience n°2 de Bernard : je suis encore une fois désolé, mais le « résidu » de photons oscillant un court moment dans la cavité après l’extinction du laser est un phénomène « futur » et ne correspond à aucune résurgence du passé…c’est une suite logique d’évènements…
    On peut faire la même analogie avec un pointeur laser visant la lune, allumé une microseconde : après extinction, le faisceau poursuit sa course pendant un peu plus d’une seconde vers la lune tout bêtement (ou vers le soleil pendant 8 minutes, vers Mars pendant 20 minutes..etc), il s’agit d’un simple parcours de photons, et je ne vois pas où cela peut bien conduire Bernard.
    Ceci dit, ce n’est pas une critique au contraire et toutes les idées sont les bienvenues, le débat reste toujours intéressant.Apportez vos idées et je suis prêt à les commenter…

  30. doc5967 dit :

    Mathieu, je te propose qu’on échange nos adresses msn si tu es d’accord, (habituellement,je ne m’en sers que pour les filles, un autre grand mystère de l’Univers…)
    Non, sérieusement, nous pourrons débattre en temps réel de ces sujets passionnants, il a très peu de personnes avec qui je peux échanger des idées dans ce domaine.

  31. mathieu dit :

    Je te propose doc, inscris toi sur le site http://sceptic-ovni.forumactif.com/ avec le même pseudo que tu utilises actuellement (doc5967), je te contacterais alors par MP en te donnant mon messenger, car j’ai pas envie que mon adresse soit affichée publiquement si sa t’ennuie pas trop j’espère.

    Je vais relire ce que tu as écris attentivement avec un bon petit café ;) c’est très intéressant.

  32. doc5967 dit :

    OK Mathieu, çà marche, je t’avoue que je n’avais pas non plus envie de mettre mon adresse ici même.
    Je constate que, comme moi tu t’intéresses également aux OVNIs (cela va de soi), çà tombe bien, j’aimerais aussi discuter de certaines choses dans ce domaine, et un tout autre encore pendant que j’y pense, tout aussi étrange, qui je suis sûr va t’intéresser, car certaines théories me laissent dubitatif dans les 2 sens, tout semble se rejoindre et je n’arrive pas à trancher.
    A très bientôt sur ton site ;)

  33. masson dit :

    pour en revenir à ce que nous disait mathieu ,il est fort possible effectivement que ronald mallett ait tort à propos de l’incapacité de voyager au-delà de la date de création de la machine car si on observe les rayons cosmiques qui tournent depuis des millions d’années on peut alors voyager n’importe-ou dans le passé.

  34. sylvie dit :

    Bonjour. Ce sujet commence à me passionner. Avez-vous fait de nouvelles découvertes qui pourrait donner l’espoir que retourner dans le passé est possible au jour d’aujourd’hui? C’est vrai que pour le moment on ne voit cela que dans la science-fiction. Mais si on y pense voler dans les air était impossible à une époque alors que désormais il nous suffit de lever les yeux ciel pour voir un avion passer. De même pour les sous-marins, et pourtant ils existent. J’attends avec impatience de pourvoir lire toutes vos théories et réalités sur le sujet.

  35. saizon erik dit :

    putain,les mecs vous etes des marchands de certitudes, comment tu assènes tes verités jo,t’as ptete inventé la machine pour etre aussi sur de toi,la seule certitude kon ai,c’est que plus on avance et plus on se rend compte de ce que l’on ne connait pas et je dirai meme que c’est exponentiel,surtout dans ce domaine!on n’est meme plus sur de ce qu’on apprenait il ya 50 ans sur les 2000 dernieres années!un peu de modestie et moins d’enthousiasme meme si c’est excitant!ca me fait penser aux forums motards ou on lit des trucs et leurs contraires(je suis mecano…)dans le doute,abstiens toi!ta theorie n’est pas de toi;elle est influencée par 30 ans de films spielbergiens,est ce que tu aurais développé cette reflexion si tu avais vécu sur une ile deserte dans les années 80?le sujet est passionnant,certes mais j’aimerais que des physiciens y participent et j’ecouterais leurs theories avec beaucoup de scepticisme ou alors peut etre moins s’ils sont extra terrestres ou alors si c’est léonard de vinci qui vient du passé me l’expliquer!!!hahaha sans rancune,moi aussi je m’emballe quand ca me passionne;il en faut,ca fait avancer le schmillblick!

  36. saizon erik dit :

    bernard,comment « faire en sorte »qu’un faisceau juxtaposé et parfaitement paralléle au faisceau initial croise perpendiculairement le dit « faisceau initial »!!!???je voudrais ke tu m’expliques ,avec des mirroirs?

  37. saizon erik dit :

    ok g compris ce sont les autres lasers groupés qui sont juxtaposés et paralleles entre eux mais pourkoi plusieurs?pour la puissance de d’interference,de déviation?le pôv mecano que je suis gonfle les physiciens en herbe ou c’est y votre metier ou un hobby?je veux savoir!

  38. doc5967 dit :

    Pourquoi plusieurs ?
    Dans la configuration de Malett, cela permet (contrairement au positionnement de miroirs en « carré’) de faire se rapprocher beaucoup plus près ces 4 lasers pour créer une zone « vortex »beaucoup plus concentrée.Voilà pourquoi !J’ai le bouquin !
    Le problème est toujours le même :
    – Créer un effet Lense Thirring ! (masse importante + vitesse importante)

    La vitesse de la lumière des faisceaux (tant que celle-ci n’est pas paradoxalement ralentie) ne pose pas de problème .
    – Par contre pour la « masse », (E=MC²), bonjour la puissance des lasers !!! ===> IMPOSSIBLE !!!
    C’est là raison pour laquelle tous ceux qui achèteront le bouquin constateront que ce chapitre n’est ABSOLUMENT PAS DETAILLE !!!
    (et pour cause) ;)
    Bien imaginé, mais totalement INEXPLOITABLE !
    Dommage !

  39. doc5967 dit :

    Je préfère m’intéresser de près aux interprétations qui vont être données sur les dernières collisions qui ont eu lieu à Genève (7TeV) et qui pourraient bien avoir donné naissance à des Trous Noirs, voire des Trous de Vers…
    J’ai beaucoup de respect pour R.Malett, mais son expérience, telle qu’elle est décrite est absolument sans espoir…

  40. tonton adolph dit :

    j’aimerais savoir si l’on peut éventuellement voyager à une date antérieure à la création de la machine

  41. doc5967 dit :

    Les différents « modèles » qui sont exposés dans les théories prévoient que non.
    La question est donc : existe t-il des modèles qui permettent ce genre de voyage :
    Je suppose qu’il doit bien exister un moyen..

    Le plus difficile, c’est déjà de fabriquer cette foutue machine, après, on a tout le « temps » ;)
    Là pas contre c’est pas gagné !

    Dans l’immédiat, on n’a pas le choix : il faut être capable de créer de la gravité avec autre chose que des milliards de milliards de tonnes de matière pour pouvoir manipuler la gravitation, et par la même occasion manipuler l’espace-temps…
    C’est la seule solution.

  42. sonny black dit :

    à votre avis dans combien de temps pensez vous éventuellement que la machine du docteur mallett sera opérationnelle?

  43. doc5967 dit :

    Voir mon commentaire du 4 avril 2010 :

    La lumière, qui est de l’énergie peut courber l’espace-temps, et cette courbure, je ne doute pas que R.Mallett arrivera à la mettre en évidence.

    Par contre, encore une fois, ce dispositif, pour créer une courbure suffisante pour exploiter des boucles temporelles nécessiterait des lasers d’une puissance inconcevable non seulement en pratique mais même en théorie !

    La réponse (avec ce dispositif) est donc : JAMAIS

    Il faut s’y prendre « autrement ».

    La seule machine qui soit en mesure de courber l’espace-temps localement suffisamment pour « envisager » de créer des effets Lense-Thirring est le Grand collisionneur de Hadrons.
    (à condition que l’énergie de Planck soit aussi basse que le prévoient certaines théories des cordes c.à.d. 10 EXP 16 fois plus petite que celle qui est reconnue aujourd’hui pour notre espace-temps à 4 dimensions.

    Sinon, il y a aussi les rayons cosmiques, mais là c’est pas difficilement contrôlable car on ne sait pas où et quand le phénomène va se produire, et on peut pas « conserver » le phénomène (idéalement chargé) comme on pourrait imaginer le faire dans les anneaux de stockage du LHC.

  44. doc5967 dit :

    Bonjour,

    Je me suis déjà expliqué à ce sujet.
    J’ai de sérieux doutes quant au prototype qu’il expose.
    Par contre, son projet en soi, s’il apporte les corrections nécessaires, il n’est pas impossible qu’il réussisse un jour…

    Il a récemment admis lui-même que le principe consistant à « amplifier » l’énergie par ralentissement de la lumière (grâce au froid) était une mauvaise voie car même si on peut aller plus vite que de la « lumière ralentie », on ne viole pas la causalité, car on va toujours moins vite que « C ».

    Quand ? C’est à lui qu’il faut le demander ;)
    Il a un site où on peut lui laisser un mail…

    Il est dommage qu’il n’y ait pas de lien concernant l’évolution de ses travaux, car cela m’intéresse aussi…

  45. sonny black dit :

    bonjour cher doc c’est encore moi,je vous réécris car vous avez parlé l’autre jour d’un site sur lequel on pouvait discuter avec ronald mallett or j’aurais éventuellement esperré que vous me donniez le nom de ce fameux site,merci d’avance et bonne journée

  46. sonny black dit :

    j’ai récemment regardé une video sur la recherche de ronald mallett.La personne dit que ronald mallett croit que l’on peut uniquement voyager dans le temps au moment ou la machine a été mise en marche et qu’on recevrait des particules du futur à la date de création de la machine et non auparavant. Dans la video le gars affirme que Ronald Mallett a tort car selon lui on modifie le temps avec la machine et non la machine avec le temps,j’ai pas vraiment compris ce qu’il a voulu dire par là,merci de m’éclairer.

  47. doc5967 dit :

    Bonjour sonny black,

    Je vous donne deux liens qui vous permettront d’envoyer un mail à Ronald Mallett.
    J’avais moi-même tenté de rentrer en contact avec lui à une époque, mais j’imagine qu’il doit recevoir des milliers de messages…
    Voici les deux liens qui vous permettront peut-être aussi de vous faire une idée plus précise sur ses travaux :

    http://www.phys.uconn.edu/people/faculty/storrs/mallett/

    http://www.phys.uconn.edu/~mallett/main/main.htm

    Pour répondre de façon pertinente à votre deuxième question, pouvez-vous me donner un lien vers cette vidéo que vous avez visionnée ?

    Cordialement,

  48. sonny black dit :

    La video est en anglais et le nom de cette video est ronald mallett is wrong 2.

  49. doc5967 dit :

    Je viens d’écouter cette vidéo, car on ne peut que l’écouter, l’ensemble n’étant pas très crédible, ni par le contenu, ni par la forme.

    Dans le dispositif de R.Mallett, la « machine » ne voyage pas.
    Ce qui voyage, c’est une particule (un neutron).
    Ce type de machine apporte les configurations « externes » nécessaires pour permettre au neutron de voyager « dans ce dispositif » lorsqu’il existe.
    Le neutron ne peut donc voyager à une date où ces configurations nécessaires n’existent pas encore.
    Il faudrait emmener avec le neutron l’ensemble de la machine pour revenir à n’importe quelle date antérieure.
    C’est irréalisable avec ce prototype, il n’a pas été imaginé dans ce but.

  50. doc5967 dit :

    J’ajoute que si je souhaitais mettre en avant une théorie qui puisse rivaliser avec un Professeur réputé comme R.Mallet et que j’en fasse une vidéo, pour être crédible, je mettrais premièrement des arguments scientifiques à l’appui (encore faut-il en avoir), et deuxièmement je ne resterais pas dans l’ombre comme un voyou, avec des tubes de (silicone ?) en arrière plan comme seule caution de travaux inexistants dans ce domaine :D
    Il faut faire attention aux sources sur internet, car il y a du très bon mais malheureusement aussi du double-zéro, c’est dommage…

  51. sonny black dit :

    cela veut dire que l’on pourra peut-être voyager dans le passé plus loin que la date de création de la machine,enfin du moins j’esperre.

  52. doc5967 dit :

    Non pas avec un modèle « théorique » comme celui-ci.
    La boucle de genre temps fermée doit nécessairement exister à l’époque ou se retrouve le neutron.
    Ce pourrait par contre être possible si l’on pouvait se rendre vers un gros trou noir en rotation qui existait bien avant la naissance de la Terre.
    Dans ce cas, des boucles temporelles préexistent avant l’époque des dinosaures.
    Encore faudrait-il pouvoir exploiter ces boucles.
    Cela passe inévitablement par l’étude de modèles Thorniens, les modèles Wellsiens ne seraient qu’une extrapolation de ces derniers.

  53. sonny black dit :

    Bonjour Doc.Je vous réécris pour savoir éventuellement si vous avez entendu parler d’un physicien aussi spécialisé que Mallett dans les voyages temporels,il s’agit là du docteur David Lewis Anderson.J’ai écouté une de ses interviews et selon lui une technologie de réacteurs-temps aurait été inventée mais pas encore utilisée.J’aimerais que vous preniez compte de ce que je dis et que vous alliez sur internet pour constater par vous même pour qu’à la suite nous puissions en discuter bonne journée.

  54. doc5967 dit :

    Bonjour sonny black,

    J’avais déjà visité plusieurs sites de D.Anderson.
    Les comparaisons entre les différents modèles théoriques sont instructifs, dans la mesure où ils peuvent apporter des connaissances supplémentaires dans tout ce qui touche à la Relativité.Il faudra de toute façon respecter les règles de cette théorie inviolable.
    Par exemple, l’effet Lense Thirring produit par la Terre est intéressant à étudier, même si son intensité (à mi-chemin entre le dispositif de Mallett et un Trou Noir en rotation) reste dérisoire malgré la masse colossale de la Terre.
    (il en faut beaucoup plus que çà pour créer des boucles temporelles).

    Par contre, la prétendue invention de cette technologie à l’heure actuelle flirte un peu trop avec les sites de conspiration (OVNI..on nous cache tout…)est n’est absolument pas crédible.

    Concernant les différents modèles, il y a un pas de géant entre la « théorie » qui respecte les lois de la Relativité Générale, ses implications (il faudrait une théorie de gravitation quantique pour se faire une opinion plus précise), et enfin et surtout la pratique, qui dans tous les cas demande des moyens que nous ne possédons pas à l’heure actuelle.
    Si un modèle existe « réellement » à l’heure actuelle, il n’a pas été inventé par l’homme, mais tout simplement par la nature, qui dispose de moyens beaucoup importants que nous (trous noirs, fluctuations du vide, particules cosmiques de haute énergie)
    La nature sait effectivement faire des choses que nous ne savons pas faire..(ce n’est pas la première fois dans l’histoire de la science,la foudre, l’oiseau, les réactions thermonucléaires des étoiles existaient bien avant la dynamo, l’avion, et la bombe H…
    La différence est qu’elle a plus d’espace, plus de temps, et plus de gros moyens que nos physiciens pour faire ses expériences …

    Pour résumer, concernant les infos de Anderson, çà peut être instructif et donner des idées, (l’imagination étant parfois plus importante que le savoir) mais il faut malheureusement en prendre et en laisser, d’autant que les physiciens sont assez « divisés » concernant la possibilité de violer le principe de causalité…

    Cordialement,

  55. sonny black dit :

    Bonsoir,moi je pense qu’il est fort possible que la technologie des réacteurs-temps comme le précise Anderson existe car il dit quand même y avoir déposé les brevets alors pourquoi pas?Qu’en pensez vous?

  56. doc5967 dit :

    Bonsoir,

    Très franchement, cela se passe de commentaires, pour 1000 raisons, mais j’en citerai quand même quelques-unes :

    – En ayant déposé un tel brevet, Mr Anderson serait un peu plus célèbre que Britney Spears, c’est bizarre, on n’en entend pas parler…

    – Je n’ai jamais entendu aucun astrophysicien de grande renommée commenter de telles « affirmations ».

    – L’intérêt du dépôt d’un tel brevet serait bien dérisoire, comparé au pouvoir immense que représenterait une telle invention pour son détenteur..(personnellement, je serais extrêmement discret et ne divulguerais les plans à personne, si j’étais dans ce cas)

    – De telles « affirmations » n’émanent pas que de sites consacrés aux OVNIs, donc peu crédibles.Je précise que je ne conteste pas « certaines » observations des OVNIs, ce que je conteste, c’est toutes les dérives exponentielles qui orbitent autour, (finissant par jeter un discrédit sur ces études) et celle-ci est des plus fumeuses…

  57. sonny black dit :

    Pouvez vous me donner le nom des sites consacrés au docteur Anderson sur lesquels vous êtes allés

  58. doc5967 dit :

    Bonjour,

    Je pense que nous nous rendrons mutuellement service en évitant définitivement de nous égarer dans cette voie.
    Les milliers de Physiciens de toutes nations qui travaillent actuellement au CERN ne sont quand même pas des imbéciles, ou bien le Dr Anderson doit rapidement aller leur faire part de ses connaissances singulières ! Non, soyons sérieux…c’est du « Bob Lazar » amélioré…

    La réponse à toutes nos questions passera par l’unification de la Relativité Générale et de la Mécanique Quantique, Théories qui ne sauraient quant-à elles êtres discréditées.
    Une théorie de gravitation quantique apportera les réponses que nous nous posons.

    Pour en revenir au dispositif de Mallett, la puissance qu’il faudrait au LASER est de l’ordre de 10 EXP 52 Watts ! (soit 40 ordres de grandeur au-dessus des lasers TeraWatts les plus puissants au monde actuellement)…

    Si la théorie des cordes est la bonne, quelques TeV devraient suffire à produire des micro-trous noirs à Genève…
    Si vous êtes comme moi passionné par ce domaine, je vous invite à suivre de près les expériences qui se déroulent actuellement à la frontière Franco-Suisse…

    Cordialement,

  59. dark sidious dit :

    mais ne pourrai ton pas convertir la vitesse de la lumiere en annee cela permetrai on moins d’avancer plus rapidement le temps et creer un point de retour situeé dans l’axe ou nous avons axellerer le temps bien sur il faudrait faire attention au viellisement de la peau humaine

  60. doc5967 dit :

    Bonjour,

    Pardonnez-moi mais je ne comprends pas le sens de votre question. « convertir la vitesse de la lumière en année » (?) Je suppose que la question est mal posée, car au sens « littéral », cela ne veut rien dire du tout…On ne peut pas convertir une « vitesse » en « durée », la vitesse étant la dérivée de la distance par rapport au temps : v = dl/dt..

  61. verpillot mathieu dit :

    trop cool sont invention ca va couter cher une machine comme ca

  62. doc5967 dit :

    Il vaudrait mieux qu’elle coûte encore plus cher et qu’elle apporte de réelles perspectives…malheureusement, comme je l’ai dit, on est loin du compte, et du cylindre de F.Tipler, pour ne citer que cet exemple « théorique ».
    Il faut d’abord combler nos lacunes singulières en Physique Fondamentale (le LHC et les recherches dans le domaine de la Mécanique Quantique nous en apprendrons davantage) en sachant comment interfèrent exactement nos connaissances en Relativité Générale d’une part et en Physique Quantique d’autre part, à « l’endroit » précis où elles se confrontent et où nos théories semblent diverger au lieu de converger…)

  63. Alexia dit :

    Je pense que Doc a raison.

  64. Alexia dit :

    C’est comme si on se mettait à s’envoler le matin.

  65. doc5967 dit :

    Pas vraiment ;) car se mettre à s’envoler le matin ou voir son stylo traverser la pièce est « hautement improbable » au point que personne n’assistera jamais à ce phénomène, mais curieusement, ce n’est pas « impossible ».Les statistiques concernant le mouvement brownien ou de façon encore plus subtile les lois de la Mécanique Quantique nous donnent clairement une probabilité non nulle…

    Personne n’a jamais démontré que le voyage dans le temps était impossible.

    Le problème de la machine de Mallett est plus d’ordre quantitatif que d’ordre qualitatif :
    La Relativité Générale prévoit des zones de rotation de l’espace-temps :
    – elle est gigantesque autour d’un Trou Noir de Kerr (TN en rotation)
    – elle « serait » grande mais « insuffisante » avec un « modèle de cylindre de Tipler » (irréalisable car de longueur infinie sur le plan théorique, et de la densité d’une étoile à neutrons)
    – enfin elle est ridiculement petite, autour de la masse pourtant énorme de la Terre, au point que l’effet « Lense-Thiring » (entrainement de l’espace-temps) de la Terre est encore indétectable (on envisage seulement d’y parvenir au moyen de gyroscopes très précis et refroidis à une température proche du zéro absolu à bord de satellites conçus pour démontrer cet effet prévu par la R.G. d’Einstein.

    Donc, d’un point de vue « quantitatif » (le « poids » d’un faisceau laser même hyper-puissant est dérisoire : pour ce qui est de le concentrer, on ne peut descendre en deçà de la dimension de la longueur d’onde (règle fondamentale).

    Enfin, il semblerait que la Théorie de la Mécanique Quantique soit une Théorie « Supérieure » à sa rivale, la Théorie de la Relativité Générale.
    Il est fort probable qu’en tentant de confronter ces deux théories, cette dernière (la R.G) doive s’accommoder de la réalité intrinsèque de l’infiniment petit (M.Q.)qui la gouverne en nous présentant le « réel » sous un angle bien différent et en redéfinissant tous nos concepts qui ressemblent de plus en plus à des illusions…

  66. Alexia dit :

    En gros c’est possible mais pas dans ces conditions?

  67. doc5967 dit :

    Bonjour,

    Effectivement, dans ces conditions, c’est totalement impossible :

    L’expérience de R.Mallett vise en réalité à prouver que l’on peut créer un entraînement de l’espace-temps à l’aide d’un faisceau laser « circulaire »,plus exactement un « croisement » de 4 faisceaux laser disposés en « carré ».
    Le livre décrit très bien cette expérience, et cela est effectivement possible.

    Cela n’a malheureusement rien à voir avec le titre « honorifique » du livre « The Time Traveler » qui est plutôt un argument de vente, même si le livre reste intéressant, une fois la distinction faite entre l’autobiographie, le rêve de Ronald, les chapitres « poétiques » concernant le voyage dans le temps, et les chapitres « scientifiques » cette fois, traitant uniquement d’un effet bien minime existentiel et parfaitement connu et reconnu.

    En effet, provoquer un entraînement de l’espace-temps « suffisant » pour créer des « boucles temporelles » à l’aide de ce procédé est TOTALEMENT IMPOSSIBLE, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle son livre ne fait « qu’évoquer » ce cas extrême hypothétique en se focalisant uniquement sur l’expérience réelle destinée à démontrer l’existence de l’effet Lense-Thirring.

    Cette expérience n’est en fait qu’une reproduction « artificielle » à petite échelle et au sol, de ce que les satellites dont j’ai parlé tentent de faire, et rien de plus…

    Maintenant, à la question « le voyage dans le temps est-il possible », la réponse la plus pertinente est « nous ne savons pas », car le problème repose plus sur des lois fondamentales que sur des moyens technologiques..

    Or, ces lois fondamentales sont encore trop « floues » pour apporter une réponse catégorique à la question du voyage dans le temps…

  68. Alexia dit :

    Vous avez lu son livre?

  69. doc5967 dit :

    Oui, je possède son livre. Par contre, il en VO, il n’existe pas en version Française. Le chapitre le plus intéressant est : « Building the machine » (construction de la machine).Si vous le voulez, il faut le commander dans une librairie ayant des éditions internationales.
    Je ne me faisais pas d’illusions en achetant ce livre, mais ma curiosité ayant pris le dessus et étant donné son prix très abordable (une dizaine d’euros), je me suis dit que le peu de connaissances que cela m’apporterait vaudrait quand même mieux qu’un roman de série B…donc je l’ai acheté sans regret.

    Dans la même lignée, il y a aussi le livre de Paul Davies intitulé « Comment construire une machine à remonter le Temps » (en Français cette fois).
    Mais là aussi, ne vous attendez pas à y trouver les plans d’une machine à monter en Kit comme chez IKEA ;) C’est très théorique et hautement spéculatif, mais c’est intéressant tout de même…

    J’avais moi-même pas mal de théories à une certaine époque, et j’ai réalisé quelques expériences basées sur plusieurs d’entre-elles.
    A ce jour, je n’ai pas encore mis en lumière le moindre phénomène qui puisse enfreindre ce foutu principe de causalité, pas même au niveau des particules !

  70. Alexia dit :

    Moi, je l’ai chrché mais je ne l’ai pas trouvé. De toute façon,je n’ai pas approffondit ma recherche. Il ne m’était pas indispensable.

  71. Alexia dit :

    Excusez ma faute à « approfondit »

  72. doc5967 dit :

    Il ne m’était pas indispensable non plus, mais c’est à force de faire différentes confrontations d’expériences (de pensée et autres)que l’on arrive à éliminer des fausses pistes, se qui permet de se focaliser sur des terrains plus sensibles.
    A ce jour, j’ai déterminé quels sont ces terrains sensibles, mais le problème est que ces terrains sont dans une zone d’ombre (des lacunes, là où les lois de la Physique, telles qu’elles sont énoncées aujourd’hui s’effondrent) et que les descriptions de l’infiniment grand sont en opposition fondamentale avec les descriptions de l’infiniment petit, d’où la nécessité d’une Théorie nouvelle, apte à décrire ces deux domaines de façon totalement identique, car manifestement, quelque chose nous échappe alors que c’est sous nos yeux.

    Les pistes : – l’analyse du comportement des « briques » de la matière et de toutes
    les interactions fondamentales.

    Les moyens : – L’observation (satellites, détecteurs, télescopes, radiotélescopes)
    – Les hautes énergies (accélérateurs de particules : LHC …etc )
    – Les corrélations de mesures de systèmes microscopiques intriqués
    en milieu isolé des perturbations extérieures (Electrodynamique
    Quantique).

    Sans ces connaissances qui nous sont quant à elles indispensables, on ne peut que spéculer, dans un sens ou dans l’autre.

  73. Alexia dit :

    Dommage qu’il n’y est pas de traduction en français.

  74. doc5967 dit :

    C’est ce que je me suis dit aussi au départ, ayant un « Anglais scolaire » très moyen.
    C’est suffisant pour comprendre le sens global de la biographie, mais pour le paragraphe très technique, c’est simple : l’essentiel se trouvant dans le paragraphe « Building the machine », il suffit de recopier rapidement ce chapitre dans Word et de faire un « copier-coller » dans les outils linguistiques de Google ;)
    La traduction sera très « littérale » mais parfaitement compréhensible et vous pourrez la « remodeler » et l’imprimer…(pour vous-même uniquement, because droits d’auteurs ;)…) Voili voilà

  75. Alexia dit :

    Moi je me débrouille très bien.

  76. doc5967 dit :

    Personnellement, je me suis un peu amélioré à force de visiter des pages scientifiques souvent en Anglais, depuis le Lycée où mon esprit était dans les étoiles pendant les cours d’Anglais…(on peut pas tout faire ;) ..)

  77. Alexia dit :

    Ben c’est bien!

  78. richard dit :

    Moi je pense qu’il faut laisser le passer comme il est, car il suffirait d’un mauvais geste de notre part pour que l’avenir change du tout au tout, en faite, il faudrait créer quelque chose qui pourrait nous faire revoir le passer sans que l’on ce fasse voir et que l’on ne puisse rien toucher lorsque que l’on visionne ces moments passer. Imaginons, un homme qui voudrait retourné dans le passer avec la même machine que dans le film « retour vers le futur » au temps jurassique, il suffirait que malencontreusement il touche ou tue quelque chose(s), et notre avenir, de maintenant serait déréglé. D’autres part je me suis toujours poser une petite question:
    Imaginons qu’un jour, un homme invente cet machine et qu’il retourne dans le temps, toujours dans la période jurassique, imaginons encore qu’il aurait toucher à quelques chose(s) alors ça voudrai dire qu’il y ait aussi pour quelque chose à notre évolution. Comment expliquer cela… En d’autres termes, s’il ce serait fait tuer, vue , où aurait toucher quelques chose(s) alors c’est grâce à lui que nous en sommes ici, je ne pense pas que le passer puisse être changer d’autres part, car regardez, si le passer aurait du être changer avant, nous aussi nous aurions été changer. Exemple: Si un homme aurait mis les pieds au Moyen Age ou n’importe quand après l’an 0, nous aurions des preuves je pense. L’histoire en parlerait bien même avant que cette personnes naisse puisqu’il était partis avant qu’il ne sois nais. Bref en conclusion d’après moi , je ne pense pas finalement qu’un jour nous ne trouverons un moyen de créer une machine qui agit sur l’axe du temps. De plus je ne sais comment m’expliquer à propos de si notre avenir sera changer où non si quelqu’un part s’aventurer dans de le passé… Si vous voulez me parler à propos de ça ou simplement me donner votre avis contacter moi sur mon e-mail
    [modéré: aucun email ne peut être affiché en commentaire, merci]

    sincères salutations les passionnés du passé

  79. doc5967 dit :

    Bonjour Richard,

    Tout d’abord merci pour ton intérêt sur ce sujet.

    Sur la question de savoir s’il serait bon ou pas de changer le passé, je pense que tout dépend de ce que l’on ferait et qui le ferait : changer le passé serait d’abord un pouvoir, un immense pouvoir, c’est pour cela que çà m’a toujours fait rire lorsque je vois des films où ce « pouvoir » est utilisé à des fins commerciales ;), c’est un peu comme si on voudrait vendre ou louer une baguette magique…
    Donc un pouvoir, à ne pas mettre entre toutes les mains, premièrement…

    Maintenant, si on peut le changer, il est évident qu’une infime petite modification à une époque très lointaine aurait énormément de conséquences, car plus on remonte loin, plus le « bras de levier » du temps est important, et les conséquences de plus grande ampleur.

    Maintenant, rien que de pouvoir y retourner, cela fait rêver et personnellement, je trouverais cela assez sécurisant, parce que si je regarde devant moi…vous je sais pas, mais moi çà me fait flipper, et puis, qui n’a pas envie de retrouver ses proches disparus, car il y a quelque chose « d’immortel » aussi dans cette histoire, je ne pense pas que cela laisse quiconque indifférent…

    Cà a quelque chose de « rassurant », et l’être humain dans sa quête de « savoir » a besoin de se sentir rassuré.

    Concernant l’aspect scientifique :

    Pour contrer l’argument souvent rétorqué par les incrédules, celui du paradoxe du matricide (ou du grand-père),invalidant tous les scénarios envisageables, il y a deux grandes lignes de pensées qui évitent le paradoxe :

    La première étant les histoires cohérentes (auto-consistantes) et la seconde les histoires alternatives, je peux les aborder succinctement…

  80. doc5967 dit :

    Pour bien comprendre que ces thèmes ne font pas seulement partie des romans de science-fiction, il faut jeter un coup d’oeil sur ce qui se passe dans le monde des particules, ce monde étant décrit par la Théorie de la mécanique quantique, bien plus déroutante que la Théorie de la relativité générale :

    Il existe 3 grandes interprétations de la mécanique quantique :

    L’interprétation de Copenhague, l’interprétation de Hughes Everett (mondes multiples), l’interprétation transactionnelle (ondes avancées et retardées dans le temps)développée en 1945 par Richard Feynmann et J.Archibald Wheeler, et reprise plus récemment par J.Cramer, et l’interprétation de Copenhague (…)

    Mais revenons à nos moutons :

    Les histoires cohérentes :

    En fait, il n’y a qu’une seule histoire, d’ailleurs c’est assez conforme aux résultats de mesure : il ne peut pas y avoir de contradiction entre ce qui se passe maintenant et ce qui s’est déjà produit.

    A l’échelle des particules, il existe des situations où ce qui se produit dans le « passé » dépend du choix que l’on VA FAIRE dans le futur (OUI !):

    Exemple : l’expérience de gomme quantique à choix retardé de Marlan Scully.
    Deux particules sont intriquées, et le comportement de l’une dépend directement du choix que l’on VA FAIRE plus tard, mais cette expérience, même si elle est assez fascinante ne permet pas d’envoyer une information dans le passé :
    En effet, le comportement de la première n’est « connue » que lorsqu’on a rassemblé « toutes les billes » sur la deuxième (beaucoup plus tard).
    Néanmoins ces deux évènements sont liés et ne peuvent être « contradictoires ».
    Il s’agit d’une histoire « auto-consistante ».

    Pour « expliquer » cette corrélation de mesures déroutantes, l’interprétation transactionnelle consiste à expliquer que ces deux évènements sont reliés par des ondes « en avance et en retard », bref, des ondes qui voyagent dans le temps !

    A l’échelle humaine, dans notre « scénario », il faudrait admettre que si quelqu’un intervient dans notre passé, alors cet évènement s’est déjà produit réellement, et l’auteur est resté très discret, ou bien nous finirons par le découvrir et vérifierons alors que son action concorde avec notre présent…

    Personnellement, je ne crois pas trop en ce scénario, car si le voyage dans le passé devient réellement possible un jour, rien ne pourrait empêcher quiconque d’assassiner Adolf Hitler lorsqu’il est encore enfant, et nous disposons pourtant bien de l’information selon laquelle il a malheureusement vécu bien plus longtemps…

    Ensuite, il y a les histoires alternatives :

    Cela semble aussi conforme aux résultats de la mécanique quantique, puisque Hughes Everett a développé l’interprétation des mondes multiples, pour expliquer l’indétermination réelle d’un état avant sa mesure, tous les résultats demeurant ainsi possibles, et chacun ayant lieu dans une « histoire » différente.

    Ce qui est intéressant, c’est que cette interprétation n’entre pas en conflit avec la première, dans laquelle un seul scénario est possible et un seulement.
    Mais là où çà devient vraiment intéressant, c’est qu’il a été prouvé que l’interprétation des mondes multiples (à elle seule) n’explique pas les corrélations de mesures effectuées dans l’expérience de gomme quantique à choix retardé de Marlan Scully (voir fin de l’article sur Wikipédia, c’est clairement expliqué).

    En clair, si l’on devait se contenter des mondes multiples (sans l’interprétation transactionnelle), les résultats de mesures de l’expérience seraient totalement différents de ce qu’on observe !
    Donc, un signal doit bien remonter le temps pour informer la particule « jumelle » du comportement qu’elle doit adopter, afin d’être en adéquation avec les résultats de mesure ! Comment l’expliquer autrement, je vous le demande !

    Si l’interprétation des mondes multiples s’applique à notre échelle, alors il y a des mondes où le passé est conforme à nos livres d’histoires (le nôtre), et d’autres bien différents, voir totalement « contradictoires » avec ce que nous savons.

    En résumé, je fabrique une machine, je vais dans le passé et j’évite un génocide :
    Dans la première histoire, un génocide a eu lieu et personne n’a jamais vu de voyageur..
    Dans la seconde histoire, un curieux voyageur venu de 2020 a évité un génocide, mais cette seconde histoire n’existe pas encore aujourd’hui, car n’avons pas encore atteint 2020 ! Une fois 2020 atteint, (une première fois est un minimum ;)cette seconde histoire prend le relais et la première est « effacée » ou reste « parallèle », peu importe…

    J’aurais plutôt tendance à croire en ce scénario, si (je dis bien si)le voyage dans le temps est possible, ce qui reste à prouver…

    A ce sujet, deux Physiciens ont récemment publié un article selon lequel il n’est pas exclus que dans des modèles de Kaluza Klein (tours de masses), certains effets de bosons de Higgs pourraient se produire juste « AVANT » que celui-ci ne soit créé au LHC !

    Il est question ici de particules « hypothétiques » qui, à l’instar des gravitons pourraient se déplacer au « travers » des supposées dimensions supplémentaires, celles qui expliqueraient notamment la faiblesse de la force de gravitation.
    En empruntant ces « raccourcis » (tels des trous de vers), ces particules seraient perçues comme des « Tachyons » (particules de masse imaginaire au sens mathématique du terme, et qui, conformément à la relativité générale pourraient voyager plus vite que C dans nos 3 dimensions d’espace, et par conséquent remonter le cours du temps, décidément !

    Pour résumer :

    J’ai mentionné l’interprétation des mondes multiples, et l’interprétation transactionnelle, qui toutes deux font partie du registre de la Science (et pas de la Science Fiction, vous pouvez vérifier si vous avez de l’aspirine ;)..).
    Evidemment, on les applique uniquement à des particules, et elles ne sont pas « transposées » à l’échelle humaine comme je viens de le faire ici ;)

    Sur l’interprétation de Copenhague, dont je n’ai pas parlé, il n’y a pas grand chose à dire, car elle n’explique absolument RIEN, elle se contente d’affirmer que les résultats de mesure sont conformes aux prédictions, sans RIEN expliquer, c’est pourquoi elle fait l’unanimité…çà évite aux Physiciens de se lancer dans des débats comme celui-ci… (et on les comprend, ils veulent garder leur crédibilité, pourtant, la science nous a appris qu’il y a toujours une explication, alors laquelle est la plus vraisemblable ?

  81. doc5967 dit :

    Petite correction de ma part, concernant l’interprétation de Copenhague, j’ai commis une grossière erreur de vocabulaire :
    L’interprétation le Copenhague est majoritaire oui, mais elle ne fait l’unanimité forcément…et heureusement.
    J’en profite encore pour dire que même si je ne partage pas la conviction de Ronald Mallett sur les détails de son expérience, j’ai beaucoup d’admiration pour son travail et par dessus tout pour sa détermination.
    Il faut persévérer et explorer toutes les pistes dans ce domaine, nous sommes encore loin de toutes les avoir explorées…

  82. Kaneda dit :

    Et si le temps n’était qu’une chimère, une illusion, une interprétation de l’homme pour expliquer le mouvement des « particules ». Le passé et le futur n’existe pas, telle une voiture qui se déplace et qui n’existe qu’a l’endroit ou elle se trouve ?

  83. doc5967 dit :

    Bonjour Kaneda,

    En effet, c’est une hypothèse envisageable, même si personne aujourd’hui ne peut encore définir ce qu’est exactement le temps :

    Dans une de ces célèbres citations, Einstein a dit lui même :

    « Pour nous-autres physiciens, la distinction entre le passé, le présent et le futur n’est qu’une illusion, aussi tenace soit-elle ».

    C’est également ma vision des choses, car je ne conçois pas que ce qui « a existé » puisse « ne plus exister ».
    Indépendamment d’un observateur quelconque situé à une date t, pour moi un évènement est éternel, et c’est comme çà que je vois les choses notamment quand je vais me recueillir « aujourd’hui » sur la tombe de mes grand-parents…
    Cet instant précis n’a pas plus de réalité que les autres, qu’ils soient passés, présents, ou futurs de MON POINT DE VUE A LA DATE T.

    Maintenant, si le temps est effectivement une illusion, cela ne fait à priori obstacle à aucune théorie à ce jour, car même si l’on découvre un jour qu’il s’agit bel et bien d’une illusion, nous continuerons à percevoir cette illusion comme du « temps ».

    A partir de là, même si les scénarios les plus fous (voyage dans le passé) représentent au niveau « fondamental » quelque chose de plus subtil, nous continuerons de percevoir ce « quelque chose » comme un voyage dans le passé p, et cette illusion sera elle aussi tenace.

    A ce propos, depuis une semaine, des résultats inattendus au CERN (expérience OPERA) semblent montrer pour la première fois dans l’histoire des particules (neutrinos muoniques)se déplaçant un chouïa plus rapidement que la lumière.

    Cette fois, il ne s’agit pas, à priori de l’effet tunnel, (exclusivité inexploitable de la Mécanique Quantique), car la publication effective de cet évènement fait suite à plus de 6 mois de contrôles et de vérifications.
    Cette découverte remonte en effet au mois de mars, et étant donné les implications majeures d’une telle découverte, celle-ci vient juste d’être publiée.

    Si ces résultats sont confirmés par d’autres expériences, nous sommes probablement en présence de « Tachyons », particules supraluminiques de masse imaginaire précisément prévues par la Relativité, et ne remettant nullement en cause la Théorie d’Einstein, mais la confirmant au contraire.

    Dans ce cas de figure, par rapport à certains référentiels, un échange de Tachyons permettrait de modifier le passé, mais beaucoup d’autres conditions doivent être réunies pour permettre ce protocole qui ressemblerait de près au scénario de « fréquence interdite ».

    Pour l’instant, wait and see…

  84. kaneda dit :

    Merci pour votre réponse plus qu’intéressante. Bien que cela n’ai pas grande valeur, je suis totalement de votre avis sur le fait que les « choses » passées et présentes sont éternelles. Quoi qu’il en soit, le temps reste un mystère et comme tout mystère, il suscite l’envie de le résoudre. J’ai la nette impression que nous sommes sur le point de toucher l’ultime frontière de l’univers et de ses origines (s’il en a) avec ces découvertes récentes au CERN, et pourtant, plus on avance, plus on se rend compte que l’on ne sait pas grand choses et qu’il existe un nombre incroyable de chose qui vont à l’encontre des règles que l’on peut se fixer. Il y a toujours un évènement pour contredire un autre, c’est assez frustrant au final et passionnant.

  85. doc5967 dit :

    C’est passionnant effectivement, et je pense que nous sommes à un tournant important dans la Physique, puisque cette découverte ne s’inscrivait pas du tout dans le programme de l’expérience OPERA au départ..contrairement à la recherche du boson de Higgs(entre autre)au LHC.
    Quoi qu’il en soit, et parallèlement, le LHC continue à fonctionner à demi-régime dans la recherche du boson de Higgs, (on doit doubler l’énergie en 2012) et qu’on découvre qu’il existe ou que l’on découvre qu’il n’existe pas va révolutionner la Physique d’une manière ou d’une autre, car les implications seront énormes dans les 2 cas, contrairement à aujourd’hui où nous n’avons que des points d’interrogation.
    Il faut bien se rendre à l’évidence que notre modèle standard est dépassé par des contradictions croissantes entre les deux piliers fondamentaux de la Physique,(RG et MQ) et que seul un nouveau modèle peut réconcilier ces deux théories qui sont valides dans leurs domaines respectifs, mais malheureusement plus à l’intersection ou au contraire au-delà.

    La piste la plus prometteuse semble de plus en plus être celle de la théorie des cordes ou des supercordes, prévoyant 11 à 26 dimensions, et dans lesquelles ces dimensions supplémentaires représentent les « raccourcis » permettant notamment aux particules Tachyoniques d’avoir de l’avance sur la lumière, avec tout ce que çà implique sur la causalité, les éventuelles boucles temporelles et donc les voyages dans le temps (à l’échelle des particules).

  86. kaneda dit :

    Et comme le dit M SPOCK, Fascinant !!!
    le temps semble tout à coup trop long avant 2012, il faudrait trouver un moyen de l’accélérer pour enfin savoir ;)

  87. doc5967 dit :

    Ne t’inquiètes pas, pour le temps, il passe déjà assez vite comme çà….
    Le futur, c’est facile, il suffit de voyager vite (si tu es pressé) ou de se laisser porter par le courant.

    Le plus dur, c’est de remonter le cours du fleuve..ne nous emballons pas si vite quand même, c’est malheureusement loin d’être gagné !

  88. steela dit :

    salut à tous, moi je pense sincèrement qu’inventer une machine à remonter le temps est totalement impossible car même les plus grands inventeurs n’y sont pas parvenu, mais bon chacun son opinion et si quelqu’un y arrive jour, alors chapeau !!!!

  89. doc5967 dit :

    Bonjour,

    La première question qu’il faut se poser est :

    Les lois de la nature permettent-elles à des entités de remonter le temps (particules..etc) et dans quelles conditions ?

    Une fois la question posée, la réponse à ce jour est : nous ne savons pas.

    Dès lors que les lois de la nature autorisent un évènement sur le plan théorique, rien n’est impossible.

    Exemple : Voyager dans le futur, nous ne savons pas le faire, mais nous savons que c’est possible.Nous manquons juste de la technologie pour le faire (se déplacer à une vitesse proche de celle de la lumière).

    Pour le passé, la question d’inventer ne se pose même pas tant que nous n’avons pas la réponse à  » est-ce scientifiquement concevable ».

    Pour l’instant, Tachyons, Trous de vers, raccourcis spatio-temporels (prédits par la RG) et dimensions supplémentaires sont encore au stade de l’hypothèse.

    A noter : d’autres expériences sont en cours actuellement et jusqu’au 6 novembre avec les neutrinos, (entre le CERN et l’Italie) pour tenter de valider ou d’invalider l’hypothèse qu’ils vont réellement plus vite que la lumière….

  90. doc5967 dit :

    Eh bien voilà ! Un biais avait été suspecté dans l’expérience par quelques récalcitrants, hostiles à une nouvelle Physique.
    La seconde expérience ayant éliminé définitivement ce biais, celle-ci confirme le résultat :

    Les neutrinos sont toujours en avance de 60 nanosecondes sur la lumière !
    En ce sens, si l’on suit la Relativité à la lettre, ils ont violé le principe de causalité !

    Désormais, il va falloir faire avec et c’est parti pour une toute nouvelle Physique !
    Qui a dit que la vitesse de la lumière était infranchissable ? Hein ? CQFD :

    Plus rapides de 8 km/s, c’est pas énorme, mais c’est largement suffisant pour bouleverser toutes nos théories actuelles sur l’espace-temps et entrouvrir la porte sur le passé vieux de quelques nanosecondes…

    Ronald doit être content, et personnellement moi aussi, parce que le futur…2012 et après, c’est vraiment pas très réjouissant, si ?

  91. Bluezy dit :

    [Exemple : Voyager dans le futur, nous ne savons pas le faire]

    il me semble que nous faisons tous cela, pourtant, de notre naissance à notre mort ;)

    petit clin d’oeil taquin qui ne m’empêche pas de saluer votre rigueur et la clarté de votre propos passionant.

  92. doc5967 dit :

    Merci Bluezy pour vos compliments.

    Vous avez raison concernant le futur, d’ailleurs j’avais posté le 4 octobre :

    [Le futur, c’est facile, il suffit de voyager vite (si tu es pressé) ou de se laisser porter par le courant].
    De notre naissance à notre mort, nous voyageons vers le futur au rythme d’une heure/h, et d’ailleurs même sans avoir le choix…
    A défaut de pouvoir revenir en arrière, on aimerait quelquefois juste faire une « pause » et s’arrêter un peu pour souffler…
    Il est vrai que d’un point de vue psychologique, le temps peut nous paraître passer plus ou moins vite, selon les circonstances.

    Je crois que c’est encore Einstein qui a dit :

    [Une heure assis à côté d’une jolie femme semble durer une minute. Une minute assis sur four brûlant semble durer une heure. C’est ça la Relativité].

    Malheureusement, il ne nous a pas donné la recette psychologique pour revenir en arrière…

    Un aspect curieux du cerveau humain, est aussi le fait qu’un « rêve » représentant l’épisode de toute une après-midi puisse ne durer que quelques secondes réelles, à l’instar d’une mouche qui « perçoit » nos mouvements au ralenti (temps propre plus rapide), lui permettant d’esquiver sans effort toutes nos tentatives pour l’attraper…

    Pardon, là je m’égare complètement du sujet ;)

  93. alain dit :

    en rêve peut être ; revoir ceux qui nous ont quitté !!!

  94. doc5967 dit :

    Bonjour,

    Tout commence par la mise à l’épreuve du principe de causalité.

    L’agent de causalité universel étant limité à la vitesse de la lumière, toute méthode susceptible d’envoyer une information plus vite que la lumière autorise des boucles de genre temps, (BGT), autrement dit une violation de la causalité et la possibilité d’envoyer des « informations » dans le passé.

    Contentons d’informations pour l’instant, pour faire simple, c’est déjà énorme.

    Si quelqu’un connait un vecteur d’information « facile à exploiter » plus rapide que la lumière (de préférence une particule facilement maniable), le reste est un jeu d’enfant.
    En effet, une fois en possession de ce « vecteur » (qu’il emprunte des tubes de Kraznikov, des dimensions supplémentaires, ou autre subtilité peu importe on s’en fout), la mise en place du dispositif est relativement facile.

    Si quelqu’un a une idée sur un agent d’information susceptible d’aller plus vite que la lumière, je suis preneur et lui indiquerait la recette pour le passé.

    J’ai bien la recette de cuisine, mais il me manque l’ingrédient principal.

    Amenez moi cet ingrédient, et je vous promets changer l’histoire séance tenante !
    Toutes les propositions sont les bienvenues…

  95. doc5967 dit :

    A l’échelle des particules pour commencer, çà serait déjà pas mal…

  96. Baboo dit :

    doc 5967, quelle formation as-tu pour avoir tant de niveau de connaissances et de recul ? es-tu un physicien ? J’ai parcouru tout ton message, et il en ressort que tu t’y connais parfaitement.
    Voilà j’aimerais juste savoir si tu es un spécialiste de cela ou simplement un amateur, passionné de physique qui s’intéresse à ce sujet.

  97. doc5967 dit :

    Bonjour Baboo,

    J’aimerais pouvoir te dire que je suis Physicien, et que je travaille dans un laboratoire au sein d’une grande équipe pour un projet commun très ambitieux.
    Malheureusement, ce n’est pas le cas.Mon parcours professionnel un peu chaotique est très loin de cette vocation.
    Je voudrais pouvoir me consacrer à la recherche 24h/24 et ne faire que çà, malheureusement, je n’ai encore trouvé aucun responsable de labo assez fou pour accepter de me verser un salaire pour les recherches que je fais incognito et je préfère éviter la camisole ;)
    C’est en faisant beaucoup d’erreurs d’interprétation pendant plus de 30 ans que j’ai affûté mes connaissances dans ce domaine, des connaissances que je considère comme étant encore très largement insuffisantes aujourd’hui pour emboiter un ensemble de processus que j’ai bien compris de manière vraiment coordonnée.
    Si maintenant tu connais quelqu’un qui accepte de m’embaucher pour développer quelques modèles théoriques que j’ai sous le coude et pour les mettre en pratique, je suis preneur ;)
    En attendant, je reste attentif aux nouvelles découvertes potentielles au LHC (j’ai laissé tomber celles du LKB qui ne m’apportera rien j’en ai désormais la conviction) et je reste prudent sur les récentes révélations de l’expérience OPERA, qui même si elles étaient réellement confirmées à long terme ne seraient pas exploitables de nos jours.

    PS: désolé de ne pas avoir publié mon cv, de toute façon mes travaux ne figurent pas dessus ;)

    Amicalement,

  98. doc5967 dit :

    Bonjour,

    Pour en revenir au sujet(le voyage dans le temps, la vitesse de la lumière), il semblerait qu’une erreur de branchement entre GPS et PC soit à l’origine de la mesure d’une vitesse excessive des neutrinos dans l’expérience OPERA.
    L’expérience va donc être reconduite au mois de mai, et il y a tout lieu de penser que les neutrinos ne devraient pas être mesurés à une vitesse supérieure à celle de la lumière…
    De toute façon, cette particule, même si elle était plus rapide que la lumière, ne pourrait être exploitée pour échanger un message avec une autre particule, l’interaction avec les neutrinos demeurant trop marginale pour pouvoir « communiquer » dans le passé…

  99. Walid dit :

    Bonjour Doc ,

    J’ai bien observé chacun de vos arguments et je pense que vous êtes effectivement dans une optique de recherche/tentative d’explication cohérente . Néanmoins je ne suis pas entièrement d’accord avec vous sur un point : Celui de  » la recette de cuisine  » . Aujourd’hui , la limite constatée pour les recherches est celle de la vitesse de la lumière , certes . Cependant , il ne s’agit pas de la seule problématique puisqu’on ne sait pas en effet , si , pour cet exemple de  » machine temporelle  » , les matériaux seraient suffisants pour résister au voyage , la durée de ce voyage ainsi que les effets ressentis sur les dits passagers ! De plus je soulève aussi l’idée qu’il faudrait effectuer ce voyage à partir d’un lieu spécifique , mettons le lieu B ( le A étant un lieu où toutes les conditions adéquates à ce voyage mis à part l’environnement avoisinant seraient reunies . ) ; comment pourrions nous effectuer un déplacement de ce lieu A à un lieu B ( mettons un trou noir ) ? Aujourd’hui nous ne maîtrisons que peu de choses , le voyage spatial étant très faible et l’accès aux trous noirs impossible à l’échelle d’une vie humaine , comment pourrions nous tout d’abord déplacer cette  » machine  » et ses habitants et surtout reproduire les conditions de cette experience ? La route pour ce fameux voyage temporel est encore longue à n’en pas douter une seconde !

  100. doc5967 dit :

    Bonjour Walid,

    Merci pour votre intérêt, vous avez raison sur beaucoup de points.

    Avant tout, il me faut préciser que le point sur lequel je concentre mes recherches ne concerne pas le voyage, mais la transmission d’informations.

    La recette de cuisine dont j’ai parlé (avec l’ingrédient supraluminique qu’il manque), est celle qui consiste à envoyer un message dans le passé, et envoyer un message dans le passé, c’est modifier l’histoire qui n’a pas hérité de ce message…

    Concernant un « voyage », vous avez raison, on est loin du compte, et pour plusieurs raisons :

    1/ A supposer que nous disposions d’une technologie permettant de se rapprocher de la vitesse de la lumière, (nous en sommes loin) la relativité nous interdit de l’atteindre et encore moins de la dépasser, à moins d’user d’artifices « exotiques », en contournant cette loi sans la violer..
    2/ Se rapprocher de cette vitesse ne présenterait en revanche aucun problème pour les passagers avec une accélération modérée (10m/s²), celle à laquelle nous sommes habitués sur la terre, mais il nous faudrait environ 1 an pour commencer à s’en approcher et bénéficier d’effets relativistes importants.
    3/ En revanche, l’espérance de vie pour un vaisseau filant dans l’espace intersidéral à toute allure serait éphémère, vu le nombre d’obstacles impossibles à contourner sur la route (cailloux, météorites) qui pulvériseraient le vaisseau, et même la poussière intersidérale représenterait un bombardement qui transformerait le vaisseau en plasma. (je ne ne parle même pas des rayons cosmiques induits par le gaz interstellaire).

    Donc, non le voyage n’est pas pour demain.

    Quant aux trous noirs les plus proches, à quelques centaines d’années lumière, à supposer que certains dissimulent d’hypothétiques trous de vers, les forces de marées gravitationnelles déchiquetteraient le vaisseau et les occupants avant même de franchir l’horizon et d’être noyés sous une pluie de radiations et de météorites…
    (les micro-trous noirs de labo sont encore hypothétiques, et même si on peut un jour les concevoir, ils ont une taille de 10EXP-35m, et une durée de vie de 10EXP-43s, longueur et temps de Planck..)

  101. doc5967 dit :

    En revanche, si l’on se contente de vouloir envoyer un message dans le passé, c’est quelque chose qui me paraît beaucoup plus « accessible », une fois bien sûr que l’on dispose de l’ingrédient manquant, un agent de transmission capable d’aller d’un point A à un point B, plus vite que ne le fait la lumière…

    Personne n’a encore trouvé cet ingrédient, et c’est pas gagné !

    En revanche, si vous disposez de cet ingrédient, la recette avec quelques particules est simple, car il ne faut qu’un bon vieux tube à vide, un générateur de haute tension, quelques détecteurs, un programmateur et des horloges de précision…le tout dans un grenier et à l’abri des voisins :)

    Il manque cet ingrédient malheureusement, et sans lui, tout cela ne vaut pas un clou…
    (Tachyon, trou de ver, métrique d’Alcubierre, Lense-Thirring, les très improbables variables cachées d’une Mécanique Quantique incomplète…liste non-exaustive à compléter…)

    Cordialement,

  102. Fabrice dit :

    Une question idiote me tracasse depuis des années, je sais que la réponse doit être aussi évidente qu’idiote, mais je préfère la poser.
    Nous savons que la lumière parcourt (environ) 300 000 Km/s, nous savons que lorsque l’on regarde une étoile, on regarde le passé, puisque la lumière à mis x années pour nous parvenir. Alors question, supposons que l’on observe dans la direction opposé au mouvement de notre planète, de notre système solaire, de notre galaxie, est-il possible que nous observions notre planète dans le passé ? (imaginons que l’on ai un télescope capable d’une précision hors du commun), Je sais que cette question va en faire sourire plus d’un, mais j’aimerai que l’on me réponde de façon scientifique, pourquoi cela ne serait pas possible ?

  103. doc5967 dit :

    Bonjour Fabrice,

    Je ne suis pas sûr de comprendre votre question.

    Le passé de la Terre est-il observable ?
    la réponse est oui, mais depuis une planète (ou un vaisseau) qui se trouverait loin, très loin de nous…

    Par exemple, à proximité de Véga (26 années lumières), on pourrait (à l’aide d’un super-télescope) observer la Terre en 1986, et assister « en direct » à tout ce qui se passe…
    Autre exemple, des astronautes qui auraient quitté la Terre dans les années 80 et qui auraient voyagé à une vitesse très proche de celle de la lumière (pour ne pas s’être laissé trop distancer par les photons, pourraient voir Michaël Jackson faire un tabac sur Terre :)

    Voir le passé de la Terre, c’est capter les photons émis depuis la Terre.
    Depuis la Terre, vous ne pouvez observer que le passé éloigné des astres lointains, le passé proche des astres proches…ou votre propre présent.

    Evidemment, pour que vous puissiez observer « vous-même » ce passé à partir de maintenant vous devriez vous rendre à ce point distant à une vitesse largement supérieure à celle de la lumière, pour « rattraper » ces photons.

    Autre hypothèse : espérer qu’un « Végan » ait placé un grand miroir dans sa banlieue, pour que vous pointiez votre télescope dessus :)

    Sinon, vous pointez votre télescope au-dessus de l’horizon d’un trou noir :
    En effet, parmi tous les photons qui ont quitté la Terre, certains sont forcément passés au voisinage d’un Trou noir, certains ont été absorbés et d’autres « ont fait le tour » (photons en orbite), pour revenir dans notre direction, cela est incontestable.

    Par contre, bonjour le télescope et l’optique adaptative :)

  104. Fabrice dit :

    Chapeau bas pour cette explication que je trouve parfaite et lumineuse (si j’ose dire) ;)

    Un grand merci a vous, tout est plus clair (sans vouloir faire de jeu de mot)
    j’aime bien l’idée du miroir lol

    Quand a celle du Trou noir, c’est « troublant » (comme disait une personne érudit dont j’ai oublié le nom)

  105. Lardi dit :

    Bonjour doc5967,

    En admettant l’hypothèse de pouvoir remonter dans le temps (ou de pouvoir y envoyer des messages)…et de pouvoir éliminer un personnage important de l’histoire par exemple: Adolf Hitler étant jeune garçon…cela bouleverserait à jamais l’histoire…par exemple: des personnes qui se sont rencontrées indirectement à cause de la guerre, ne se seraient jamais rencontrées/mariées et par la même occasion il n’y aurait jamais eu de naissances issues de cette rencontre, les morts (soldats et civils) pendant la seconde guerre mondiale ne seraient donc pas morts et auraient pu à leur tour engendrer la vie en donnant naissance à leurs enfants…du coup on ne pourrait pas si l’on revenait dans le présent retrouver un présent à l’identique de celui que l’on a quitté avant de voyager dans le temps et d’éliminer le dictateur allemand.

    Mais le plus important est que même notre propre existence serait elle aussi bouleversée (ou voir menacée) car de retour dans ce nouveau présent, il serait fort probable que nos propres parents soit ils n’existeraient plus ou soit ils ne se seraient jamais rencontrés et donc nous nous retrouverions seul au monde (ou alors nous disparaitrions en une fraction de seconde), dans un monde qui ne serait plus le nôtre.

    Donc on peut se poser la question du bien fondé du voyage dans le temps? à quoi bon vouloir améliorer, perfectionner ou corriger les évènements temporels? cela n’aurait aucun sens !!!

    Car que recherche t-on au final? à améliorer l’existence toute entière de l’humanité au péril de notre propre existence ou bien tout simplement vouloir améliorer notre propre existence personnelle? mais même en voulant améliorer notre propre existence personnelle par exemple empêcher la mort d’un de nos proche, on serait amené à modifier notre propre histoire en bien ou en mal. Par exemple remonter le temps et empêcher la mort de se proche puis quelques années plus tard mourir suite à un accident de voiture causé par ce même proche qui aurait dû mourir pour éviter de nous tuer accidentellement par la suite au cours d’un accident de voiture.

    Mon constat est que d’une manière ou d’une autre on ne peut rien empêcher, s’il existe un Dieu, celui-ci contrôle à jamais notre destin.

  106. doc5967 dit :

    Bonjour Lardi,

    Réussir à envoyer un message dans le passé, c’est modifier celui-ci, que ce soit de façon infime (personne ne l’exploite) ou de façon plus importante.
    Je pense que la question de bien-fondé d’une telle possibilité se pose uniquement dans l’utilisation de celle-ci.
    L’usage que nous en ferions relève plutôt des sciences humaines.

    Mais pour savoir si ce que nous faisons est plutôt bien ou mal, nul besoin d’aborder ce sujet très spéculatif.

    Sans jamais disposer de cette technologie, vous pouvez décider de sauver cet après-midi un enfant de la noyade (ou pas), le destin de cet enfant étant celui d’un tueur en série.
    Dans 20 ans, vous vous demanderez si vous avez bien ou mal agi.
    Difficile de répondre, sauver cet enfant était aussi votre destin.

    Donc si vous disposez demain de cette technologie, tout ce que vous en ferez sera aussi votre destin, mais aussi celui de toutes les personnes qui seront affectées par le vôtre. (voir la notion de libre arbitre)

    Pour en revenir aux effets :

    Si le message que vous envoyez aujourd’hui empêche la rencontre des parents de votre meilleur ami, votre quotidien sera instantanément modifié, sans que vous vous en rendiez compte et vous ne vous souviendrez jamais de la première variante historique dans laquelle vous vous connaissiez.
    Ce n’est pas quelque chose de progressif avec des souvenirs et des objets qui s’effacent petit à petit comme dans certains films de science fiction capillotractés pour le sensationnel, mais c’est immédiatement après avoir pressé sur la touche « envoi » (ça aussi vous l’oubliez instantanément).

    Notez que si c’est lui qui a inventé le dispositif et vous en a fait cadeau, vous ne pourrez pas rétablir la situation, une situation qui vous sera totalement inconnue, la seconde réalité alternative ayant effacé la première et pris sa place. (Désormais, c’est la seule et unique réalité pour tout le monde, et vous n’avez jamais eu ce meilleur ami).

  107. Lardi dit :

    Bonjour doc5967,

    Nous sommes ce que le destin veut que nous soyons, s’il veut que nous découvrions un moyen de parvenir à voyager dans le temps alors nous irons dans le temps sinon nous n’y irons jamais. Donc quelque part nous n’avons pas le choix, nous accomplissons ce qui est notre destiné.

    Cela étant dit, se pose la question de l’importance qu’engendrerait une modification du passé ou du futur aussi infime fusse t-elle, à savoir « l’effet papillon temporel », c’est-à-dire des répercutions en chaîne engendrées par une altération de l’histoire…et surtout à quoi bon vouloir réécrire l’histoire ?

    Sans jamais disposer de cette technologie, on peut décider de sauver cette après-midi un enfant de la noyade (ou pas : mais dans ce cas là il s’agirait de non assistance à personne en danger et donc d’un crime sauf circonstances atténuantes du type: ne pas savoir nager soi-même), le destin de cet enfant étant celui d’un tueur en série…pourtant je n’ai pas besoin de me demander dans 20 ans si j’ai bien agit ou pas…pour la simple et bonne raison que j’ignorais au moment du sauvetage ce qu’il allait devenir. Alors que dans le cas de figure de remonter le temps afin de sauver l’un de nos proches de la mort, c’est différent pour la simple et bonne raison que l’on connait déjà ce qu’il va se passer donc dans ce cas de figure il y a altération du passé avec modification du présent et du futur. Mais comme je l’ai dit en début d’introduction : Nous sommes ce que le destin veut que nous soyons.

    Ce qu’il serait intéressant de connaître ce serait de voir comment le passé réagirait en cas d’altération de l’histoire, par exemple: éliminer un personnage important de l’histoire du type Adolf Hitler étant jeune garçon…y aurait-il malgré tout une seconde guerre mondiale ? si oui, aurait-elle lieu aux mêmes dates ?

    Au fond, tout cela ne fait-il pas parti de la lente maturation de l’évolution humaine(?) et est donc inévitable (?), qu’on le veuille ou non tout cela doit se produire pour amener l’homme là où le destin l’a choisi.

    Pour ma part la notion de libre arbitre ne veut rien dire car tout ce que l’on fait et la manière dont on agit fait parti intégrante de notre destiné, c’est déjà écrit dans notre histoire, donc on n’a pas le choix. Mais bon, chacun est libre de penser ce qu’il veut.

    Désolé je n’ai pas compris votre dernier paragraphe : »Notez que si c’est lui qui a inventé le dispositif et vous en a fait cadeau, vous ne pourrez pas rétablir la situation, une situation qui vous sera totalement inconnue, la seconde réalité alternative ayant effacé la première et pris sa place. (Désormais, c’est la seule et unique réalité pour tout le monde, et vous n’avez jamais eu ce meilleur ami) »…pour ma part je pense que tout simplement que en empêchant la rencontre des parents de mon meilleur ami celui n’existant plus il n’y aura plus de machine et je ne pourrait plus remonter dans le temps.

  108. doc5967 dit :

    Bonjour Lardi,

    Vous avez raison de parler de l’effet papillon,(un petite changement peut avoir d’énormes conséquences), mais cet effet papillon est lui-même amplifié par la « distance temporelle » qui sépare le présent du passé : c’est le bras de levier du Temps.

    Vous demandez, à quoi bon vouloir réécrire l’histoire ?

    Vous connaissez la motivation de Ronald Mallett, j’imagine que chacun de nous en trouverait une également, vous ne croyez pas ?
    Si vous disposiez de ce procédé, n’en feriez-vous vraiment rien ? (cherchez bien, je suis sûr que vous trouverez ;) je me trompe ?)

    Bon, mais en dehors de la réécrire complètement, vous auriez aussi l’occasion de la revivre, çà peut être sympa.

    Pour en revenir au tueur en série sauvé de la noyade 20 ans plus tôt, nous sommes bien d’accord que vous avez bien agi par rapport à votre conscience du moment et par rapport à la loi.
    La question de fond était « regrettez-vous d’être passé près du lac ce jour là et d’avoir eu l’occasion d’agir en votre âme et conscience ?  »
    Modifierez-vous cet évènement si vous aviez le pouvoir, sachant que ce tueur en série a fait des dizaines de victimes, dont un membre de votre famille ou diriez-vous que le destin l’a voulu ainsi ?

    Poussons le raisonnement jusqu’au bout:
    Vous parlez de non-assistance à personne en danger, d’accord.

    Cette fois, vous disposez du pouvoir de modifier le cours de ces évènements tragiques (une dizaine de crimes abominables).
    En ne faisant rien et en sachant ce qui s’est passé, ne pas utiliser votre pouvoir n’est-il pas de la non-assistance à personne en danger ? ;)

    Le destin n’est-il pas un peu aussi ce que nous en faisons ?

  109. doc5967 dit :

    Concernant le dernier paragraphe :

    Votre meilleur ami invente un dispositif permettant d’influencer le passé et vous en fait cadeau.
    Vous décidez de faire un test amusant en envoyant un message rétroactif au Maire de la ville (30 ans plus tôt).

    Manque de bol, 30 ans plus tôt, l’adjoint au Maire au courant de cette histoire incroyable de message du futur se moque de lui en écrivant un article de presse et se fait révoquer : il ne se mariera pas et n’aura pas d’enfants.Il finira clochard.

    Il se trouve que si vous n’aviez pas envoyé ce message, cet homme aurait eu une belle carrière, 3 enfants dont l’un destiné a devenir votre meilleur ami, diplômé de Physique, et inventeur d’un prototype révolutionnaire dont il vous aurait fait cadeau.

    Il s’agit de deux scénarios bien différents, deux histoires différentes.

    En faisant cette expérience, immédiatement après avoir appuyé sur la touche « envoi », vous substituez immédiatement la seconde histoire à la première…et vous n’avez jamais eu connaissance de la première histoire dans la seconde.
    (à moins que cela soit écrit dans le message reçu par Mr le Maire et qu’il vous en fasse part…mais vous ne le croirez pas et le prendrez pour un fou ;) )

  110. Fabrice dit :

    Le fait est comme vous dite qu’on ne s’en rendrai pas compte et que donc la vie continuerai son chemin différent mais normalement pour tout le monde finalement. Alors il est tout a fait possible que cela soit déjà arrivé et continue d’arriver sans que l’on s’en rende compte. Un personne qui modifie le temps entrerai-t-elle dans la boucle du temps et oublierai le passé changé ou se rendrait-elle compte de ses modifications ?

  111. Lardi dit :

    Bonjour Doc5967,

    Effet papillon temporel ou Bras de levier du Temps c’est kif kif bourricot ;)

    Effectivement, je pense que chacun de nous porte en lui une motivation suffisante pour vouloir réécrire l’histoire.

    Si je disposais de ce procédé, je serais partagé par le fait de revenir en arrière afin de modifier/corriger/perfectionner le passé et le fait de ne rien faire, car comme on peut le supposer: changer l’histoire du passé engendrerait inévitablement une altération de notre présent et du futur…donc il faudrait être bien conscient du bénéfice/risque, ce que l’on gagnerait d’un côté on pourrait le perdre de l’autre côté.(Et je ne parle là qu’au niveau de notre histoire personnelle…car à l’échelle mondiale une intrusion temporelle pourrait changer la face du monde, par exemple: la bombe nucléaire entre les mains des nazis.

    En admettant disposer du pouvoir de modifier le cours de ces évènements tragiques (une dizaine de crimes abominables)…c’est bien ce que je disais au tout début, à savoir que se passerait-il en éliminant Adolf Hitler…des personnes qui devaient mourir à cette époque là, ne mourraient pas donc altération du passé avec bouleversement du présent et du futur.

    La notion de non-assistance à personne en danger peut s’utiliser dans le présent…mais n’a aucune signification dans le passé/futur, toute personne venant du futur ne doit être qu’un spectateur et non un acteur…car dans ce cas là on passerait toute notre existence à sauver le monde (exemple: Superman).

    Le destin n’est-il pas un peu aussi ce que nous en faisons ? tout ce que l’on fait est notre destin…exemple: un membre de votre famille se fait agresser par un individu, qu’allez-vous faire ? (a) intervenir et essayer d’empêcher l’agression ou (b) ne rien faire et voir le membre de votre famille se faire massacrer ?…bien évidemment vous choisiriez la première solution (a)…mais avez-vous choisit l’histoire de l’agression ? non, vous êtes donc tributaire du destin.

  112. doc5967 dit :

    Bonjour,

    Dans l’exemple précédent, le seul voyageur, c’est un message virtuel, donc peu importe qui envoie ce message, la personne qui a envoyé le message est englobée dans la modification et ne se rend compte de rien.
    La seule singularité qui crée la boucle temporelle, c’est le message.
    Cela pourrait être un message binaire ou du morse utilisant d’hypothétiques tachyons, ou l’équivalent capable de devancer un signal lumineux allant de A à B.

    Bon, sinon, rien qu’avec un truc comme çà, on peut imaginer des milliers de scénarios, faire des trucs incroyables et philosopher longtemps.
    Les romans de SF regorgent d’idées, mais je n’en ai encore trouvé avec les plans de fabrication d’un prototype opérationnel ;)

    Pour le moment, la lumière est toujours et encore officiellement l’agent d’information le plus rapide, donc..à moins de trouver quelque chose qui va plus vite, ou de le mettre en évidence expérimentalement pour pouvoir l’exploiter…

    Officiellement, 299792,458 km/s, c’est ce qu’il faut dépasser (en vitesse moyenne) en ligne droite pour arriver à destination avant le photon.
    Après c’est du gâteau, enfin presque.

  113. Lardi dit :

    Bonjour,

    Quel intérêt y a t-il à envoyer un message « virtuel » dans le passé ?

    Si la seule singularité qui crée la boucle temporelle, c’est le message je ne vois pas où vous voulez en venir ?

    Franchement j’ai l’impression que vous passer du coq à l’âne !…imaginer des milliers de scénarios, faire des trucs incroyables et philosopher longtemps…il faut surtout bien réfléchir avant de vouloir mettre un pied devant l’autre…vous parler comme s’il s’agissait juste de quelque chose de banal !

    Les romans de SF certes regorgent d’idées, mais ils sont, avec Albert Einstein, les seuls à avoir poser les fondements de la théorie de l’exploration du temps dans la littérature.

    Vouloir trouver un autre élément qui irait plus vite que la lumière me semble récurrent dans votre discours!

  114. doc5967 dit :

    Bonsoir Lardi,

    J’ai du mal à saisir le sens de votre dernière intervention.

    [Quel intérêt y a t-il à envoyer un message “virtuel” dans le passé]

    Il me semble que nous ne parlons que de çà depuis le début de nos échanges, ou bien c’est le terme « virtuel » qui vous gêne ?

    Dans ce cas vous devez bien comprendre que l’utilisation de particules ne peut constituer qu’un message numérique, ce n’est pas le facteur qui va déposer une lettre sous pli affranchi au destinataire dans le passé non ?

    [Si la seule singularité qui crée la boucle temporelle, c’est le message je ne vois pas où vous voulez en venir]

    C’est bien vous qui avez abordé l’effet papillon (terme inadéquat car purement stochastique et non proportionnel) et l’influence potentielle sur la seconde guerre mondiale, entre autre.

    Au passage, je précise tout de même qu’envoyer un message dans le passé, c’est bien ce que Ronald Mallett cherche à faire il me semble, ou alors quel autre sujet voulez-vous aborder ?

    [Vouloir trouver un autre élément qui irait plus vite que la lumière me semble récurrent dans votre discours]

    Ben oui un peu, et pour cause, on est dans le domaine de la Relativité !

    D’après vous, à quoi se résume la possibilité d’influencer le passé ?
    Savez vous ce que représente le cône de lumière en Relativité et les événements situés à l’extérieur de ce cône ?

    Connaissez-vous la différence entre la symétrie « globale » (exemple trivial des jumeaux de Langevin en Relativité Restreinte) et la « symétrie locale » (exemple : comportement des horloges dans un champ de gravitation, effet Lense Thirring en Relativité Générale, mis à profit précisément dans le dispositif du Professeur R.Mallett) ?
    La sphère de causalité, çà vous dit quelque chose quand même ?

    Moi je veux bien continuer à apporter ma contribution sur ce sujet qui intéresse quelques personnes mais alors dites moi ce que vous voulez vraiment savoir et que vous ne comprenez pas !

  115. Lardi dit :

    Cher doc5967,

    Vous êtes avec nous ou bien ailleurs ? :) car il faudrait relire en effet le sujet, je vous le rappelle donc:

    « Le secret de Ronald Mallett: sa machine à remonter le temps
    Ronald Mallett n’a que 10 ans lorsque son père, âgé de 33 ans, est terrassé d’une crise cardiaque.

    L’immense vide créé par le choc de cette perte va pousser Mallett à devenir l’un des physiciens les plus respectés de son temps en théorie de la relativité et en physique quantique.

    Avec un seul but: retourner dans le passé pour revoir son père et l’empêcher de fumer deux paquets de cigarettes par jour. Ce qui lui aurait certainement éviter son infarctus.

    Et pour ça l’homme a un secret. Fortement influencé par le roman “La Machine à explorer le temps” de H.G. Wells qu’il lit à l’âge de 11 ans, Mallett s’est mis en tête de développer sa propre machine à remonter dans le temps. Son projet le sort d’une profonde dépression et pour un écolier qui n’aimait pas les maths, il décroche un doctorat de physique théorique en 1973.

    53 ans après la mort de son père, il a presque réussi son pari. Certes il n’a pas été encore capable de le revoir mais la recherche a largement avancé. Son père serait fier de lui.

    En quoi consiste sa recherche: Mallett tente de courber l’espace-temps par la lumière (laser). En fait il essaie de le tordre assez afin qu’il forme une boucle. Avec cette possibilité il n’y aurait aucun problème à naviguer dans le passé et dans le futur. […] ». Bref!

    De quoi parle t-on cher ami? On nous parle bien de remonter le temps et pas de message « virtuel » ! ni de message numérique ! ni de tout un tas de termes scientifiques que vous évoquez mais sans intérêt…encore une fois vous passez du coq à l’âne ! sans apporter de l’eau au moulin…pour ma part je pense avoir apporté ma modeste contribution au sujet, je vous invite à relire la théorie de la relativité et je vous laisse à votre discours récurent.

    « L’imagination est plus importante que le savoir ». [Albert Einstein – Conscience]

  116. Fabrice dit :

    Cela me fait pensé, si cela n’a pas déjà été annoncé plus haut (désolé si c’est le cas). à l’histoire fabuleuse du roman de H.G Wells : la machine à explorer le temps (Time machine pour respecter le titre original) Dans une version, Alexander, le génial inventeur de cette machine, crée cette machine parce que quelques années auparavant, alors qu’il voulait demander la main de sa bien aimée Weena, celle-ci se fait assassiner par un truand. il va voyager dans de nombreuses époque pour tenter de la sauver, dans le passer pour recommencer l’action et dans le futur pour trouver une solution. Mais la conclusion géniale de cette histoire est qu’il ne pourra jamais la sauver (tout du moins dans sa dimension) car il crée la machine à explorer le temps parce qu’elle est morte, et donc s’il l’empêche de mourir, la machine à explorer le temps de verra jamais le jour et donc il ne pourra pas la sauver. J’adore cette conclusion simple et efficace.

    Imaginons que Mallett sauve son père (ce que je lui souhaites) il ne créera jamais sa machine (tout du moins pour cette raison).

  117. doc5967 dit :

    Bonjour Lardi !

    J’aime beaucoup votre humour, si si, vraiment !
    Je tiens d’abord à vous rassurer, je vous reçois cinq sur cinq !

    Je vous remercie de me conseiller d’ouvrir un livre sur, heu ..la Relativité dites vous ? Ce petit détail ne m’étais pas venu à l’esprit :)
    Le problème est que je risque d’y trouver [tout un tas de termes scientifiques – mais sans intérêt…]- dixit Lardi.

    Bon, sérieusement, je vous remercie pour votre copier-coller d’une quinzaine de lignes (çà permet de combler les blancs) concernant l’introduction alléchante du projet officiel de Ronald Mallett mais j’ose espérer que vous ne vous êtes pas arrêté à son titre accrocheur…

    Permettez moi de faire moi aussi un petit copier-coller :

    [Enfin, le programme « effet STL » expérimenté à l’heure actuelle par le docteur Ronald Mallett a pour but très officiel d’observer une violation de la causalité par le biais d’un neutron à travers un cristal photonique ralentissant la lumière. Le neutron réapparaîtrait dans le dispositif avant d’être désintégré. Le rapport est sorti en novembre 2006 et bénéficie du soutien de plusieurs universités des États-Unis.]

    Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Voyage_dans_le_temps

    J’espère donc que ce gros titre ne vous a pas amené à croire que le Professeur avait l’intention de prendre la place d’un neutron (pardonnez moi ce terme scientifique) ou d’installer un « convecteur temporel » dans la DeLorean de collection qu’il conduit sur YouTube ;)

    Maintenant, comme je manque un peu d’arguments scientifiques, je préfère vous laisser la place quelque temps afin que vous [apportiez de l’eau au moulin], mais surtout, prenez votre temps ;)
    Je ne voudrais pas en effet, que dans la précipitation vous vous arrêtiez à la deuxième page d’un petit « que sais-je » sur la Relativité (pour débuter, c’est pas mal).

    Aussi, afin d’être en phase sur la réalité des véritables travaux de Ronald Mallett, (puisque c’est le sujet) je vous recommande fortement son livre (version anglaise), on y parle aussi du…oui,le fameux neutron.

    Au plaisir de vous lire, et de combler mes lacunes…

  118. doc5967 dit :

    Bonsoir Fabrice,

    En fait, deux théories ont le vent en poupe pour faire disparaître les paradoxes temporels liés aux voyages dans le temps.

    La première, c’est celle des réalités alternatives (à l’instar de « retour vers le futur » par exemple)

    La deuxième, c’est celle des histoires auto-consistantes c.a.d. les histoires dans lesquelles une action dans le passé n’est pas en contradiction avec les événements à venir (à l’instar de la deuxième version de « The Time Machine »)

    J’apporte juste une petite correction :
    Dans la deuxième version, la bien-aimée de Alexander et qui est assassinée s’appelle Emma :)
    Weena, c’est la petite Eloi que « Georges » rencontre en l’an 802701 dans la première version ;)
    J’adore ces deux versions, c’est pour çà que je les connais par coeur ;)

    Cordialement,

  119. Lardi dit :

    Effectivement la motivation de Mallett est de créer sa machine à remonter le temps pour pouvoir sauver son père…s’il y parvenait un jour, sa motivation n’aurait plus lieu d’être, puisqu’il aurait changé l’histoire de son passé et par conséquent il aurait normalement altéré son présent et son futur.

    Mais (hypothèse) si au cours de ses études de chercheur il avait fait la connaissance d’une jeune femme avec laquelle il avait eu des enfants…au cours de la modification de son passé en sauvant son père, il perdrait par la même occasion sa femme et ses enfants. Donc c’est bien ce que je disais un peu plus haut: il devrait être bien conscient du bénéfice/risque, ce qu’il gagnerait d’un côté il pourrait le perdre de l’autre côté.

    Ce qui serait intéressant de savoir c’est une fois parvenu jusqu’à son père et qu’il arrive à le convaincre d’arrêter de fumer, qu’adviendrait-il de Mallett ?…disparaîtrait-il en une fraction de seconde à l’instant où il aurait réussi à convaincre son père et celui-ci ne se souviendrait même pas que cette histoire? mais ici il y a un grand problème…pour que son père puisse arrêter de fumer il faudrait qu’il sache pourquoi il doit renoncer à fumer donc il devrait se souvenir que son propre fils Mallett qui est venu du futur pour lui rendre une visite et le prévenir du danger de la cigarette, donc Mallett du futur en tentant de rentrer dans son nouveau présent devrait soit disparaître au cours du transfert dans le temps(ce qui parait bizarre) soit retrouver son père en vie en arrivant dans son nouveau futur mais dans ce cas de figure il aurait quand même malgré tout construit sa machine à remonter le temps bien qu’il ait réussi à changer le destin de son père…(là aussi bizarre…il y a un problème).

  120. Berni dit :

    Alors là bravo !
    Après avoir lu vos absurdes remarques à propos de voyager dans le temps, je pense que vous êtes à côté de la plaque vous et vos mentors que sont Newton et Einstein.

    Je vais vous donner 2 bonnes raisons d’arrêter de rêver à propos de voyager dans les temps.

    1) Si l’homme dans son bref passage sur la terre avait maîtriser la notion d’espace-temps, on le saurait depuis toujours non !!! Soyez logique. Ils viendraient nous le dire de suite….

    2) Preuve que l’homo-sapiens ne fera pas vieux sur la terre, on aura pas eu le temps de réalisé cette fameuse machine.

    3) Et même si l’homme maîtrise un jour la lumière, il pourra peut-être se déplacer à sa vitesse et après…. Il ne fera que de tourner en rond dans l’univers et ne pourra pas changer le passé sur la terre. Il voyagera dans le temps oui mais pas sur terre, à des années lumière….

    Et dire que ces professeurs et chercheurs sont payés pour vous faire rêver (CERN)
    Et que les physiciens et astrophysiciens gagnent leur argent en écrivant des livres…

  121. Fabrice dit :

    bonjour, il ne vous est pas venu à l’esprit que cette machine à déjà été inventé (dans un futur plus ou moins proche, on s’en moque puisque le temps n’a alors plus d’importance, elle existe déjà lol). et que si vous n’en avez jamais entendu parlé c’est tout simplement pour 2 raisons possible:
    soit notre époque n’a aucun intérêt et ou il est interdit de modifier le court de l’histoire ou d’intervenir.
    soit nous avons déjà été modifié des milliers, des centaines ou des millions de fois mais on ne peut s’en rendre compte puisque l’on est directement impliqué dans ces changements ?
    Avant de lancer des critiques qui semble selon le ton agressif comme vous le faite, réfléchissez à toutes les possibilités. Ce qui fait avancer l’homme c’est son imagination qui n’a aucune limite, c’est comme ça que de grandes découvertes ont vu le jour et pas en ayant un esprit fermé comme celui que vous avez mais qui changera (avec le temps) si j’ose dire :)

    BAV.

  122. Lardi dit :

    Ma propre découverte sur le cas de Mallett concernant mes deux hypothèses quelque peu ubuesques me laisse dans une problématique, je préférais lire les interventions de notre ami le Doc5967, au moins je ne me compliquais pas l’existence :)) d’ailleurs si le Doc5967 a une solution je suis preneur !

  123. doc5967 dit :

    Bonjour,

    Berni, vous faites beaucoup d’amalgames et semblez être à 20000 lieues du monde scientifique !

    Sachez tout premièrement que la majorité des astrophysiciens et chercheurs (qui ne sont pas payés pour ce que vous semblez croire) considèrent le voyage dans le temps comme une hérésie scientifique.

    Comment pouvez-vous insulter de grands hommes comme Newton et Einstein, en mêlant leurs travaux reconnus à ce dont nous parlons ici ? Quel rapport ? En quoi sont ils mêlés au débat ?

    Ensuite, il est vrai qu’une minorité de Physiciens émettent des hypothèses (qui ne sont que des hypothèses) mais qui découlent directement de solutions exactes de la Relativité Générale (R.Mallett) ou Restreinte pour ce qui concerne « d’hypothétiques » Tachyons (auxquels je me suis intéressé à titre personnel, ce qui m’a d’ailleurs valu les critiques d’égarement par rapport au sujet…).

    Vos arguments 1- et 2- n’ont aucune valeur de démonstration pour ne pas en dire plus.
    Quant à votre argument 3- non seulement vous vous contredisez vous-même mais celui-ci fait preuve d’une totale ignorance des fondements de la relativité !

    Fabrice, vous avez assez bien résumé ma pensée.
    Aux 2 raisons que vous avez citées, on peut même en ajouter une troisième :
    L’histoire dans laquelle nous nous trouvons n’a peut-être pas encore donné naissance à une « bifurcation » dans le passé, et toute l’histoire nouvelle n’est que « potentielle » pour l’instant, et pas encore « authentique ».
    Nous serions dans le passé n°1, pas encore dans le passé n°2 ;)
    Bon, mais tout çà n’est qu’hypothèses aussi difficiles à réfuter qu’à admettre pour l’instant.

    Lardi, de quelle « découverte » parlez-vous ?
    Vous cherchez une solution à quel problème, en dehors des théories que j’ai évoquées plus haut pour faire disparaitre les paradoxes ?

    De deux choses l’une :

    Soit on part du principe qu’il existe un paradoxe et dans ce cas le voyage dans le temps (même pour une simple particule) est impossible, pourquoi ?
    Tout simplement parce que le paradoxe représente la ruine d’une théorie quelle qu’elle soit (ici la théorie du voyage dans le temps).

    Soit on part du principe qu’il n’y a pas de paradoxe, et alors le voyage dans le temps n’est pas forcément impossible.

    Kip Thorne a trouvé par ailleurs en 1980 avec un de ses étudiants, des solutions « limitées » aux histoires possibles lorsqu’il se forme la fameuse boucle temporelle :

    C’est l’exemple de la boule de billard (ou particule) qui se percute elle-même avant d’entrer dans la bouche d’un trou de vers.
    (celle qui a remonté le temps depuis le futur entre collision avec elle-même aujourd’hui).
    Seuls certains « angles » (certaines histoires) autorisent la boule ou particule à pénétrer dans le trou de ver (pas de paradoxe).
    Les autres scénarios sont « exclus » (mathématiquement impossibles), car ils créent le fameux paradoxe qui consiste à la boule (particule) venue du futur (par le trou de ver) de s’empêcher elle-même d’entrer dedans et donc de venir du futur, et donc de ne pas se percuter elle-même, et donc de pouvoir entrer dedans..etc…etc…etc.. = scénario impossible mathématiquement tout comme X = X+2

    On a affaire ici à une série d’histoires auto-consistantes (voir mon dernier commentaire).

    Je ne crois pas trop à la théorie des histoires auto-consistantes (ce n’est que mon opinion personnelle) et je vais vous dire pourquoi :

    La boule de billard (ou particule) en sortant du trou de vers est livrée au hasard, un peu comme en Mécanique Quantique.
    Or, ce qui me distingue d’une boule de billard, en tant qu’être humain doté du libre arbitre (c’est pourquoi j’en ai parlé) c’est que je ne suis pas livré au hasard et que rien, absolument rien, ne m’empêche (dans l’hypothèse où le voyage dans le temps est possible bien entendu) de faire quelque chose qui soit en contradiction avec les événements présents – exemple – tuer mes ancêtres alors que je suis bien conscient que mon existence est réelle :

    Mais dans ce cas, il y a un paradoxe = ruine de la théorie donc :

    A mon avis, si le voyage dans le temps (homme ou particule) est réellement possible, il faut admettre l’existence de plusieurs réalités alternatives (à l’instar de la théorie des mondes multiples dans l’interprétation de la Mécanique Quantique de Hugues Everett).

  124. Lardi dit :

    Du cyclotron au CERN, je pense qu’à l’époque actuelle(2012) c’est ce que l’homme peut faire de mieux. C’est là, la limite du schéma de pensée la plus avancée, le temps destiné à explorer celui-ci n’est pas encore venu.

  125. doc5967 dit :

    Effectivement, le synchrotron du CERN représente pour l’instant à la fois l’aboutissement le plus instructif de la Physique et en même temps la plus grande porte ouverte sur la nature des lois qui gouvernent la Physique.

    Si je ne me suis pas beaucoup investi dans les échanges concernant le voyage d’un homme, c’est justement parce que çà c’est pas pour demain, et R.Mallett en est bien conscient.

    Par contre, au niveau des particules, çà vaut le coup de creuser.

    Côté Relativité Générale, tordre l’espace-temps, c’est monopoliser des moyens techniques pratiquement insurmontables, même pour tester une particule.

    Ce que veut exploiter R.Mallett, c’est les effets étonnants de l’ergosphère d’un trou noir (voir ce terme), et le renversement du temps dans les échanges avec cette région ou nous apparaissent des zones d’énergie négative.

    Le problème, c’est que 1- un trou noir de laboratoire est éphémère (évaporation Hawking), et 2- la méthode pour le créer (un laser), c’est comme demander à une fourmi de pousser un camion, sans compter qu’à partir d’une certaine puissance, le champ électromagnétique est tellement élevé qu’il se produit ce qu’on appelle des effets de second ordre (optique non linéaire), puis d’ordre 3, 4, ..etc aboutissant à des créations de paires (polarisation du vide) et donc des photons qui disparaissent au lieu de s’accumuler pour « peser », avant même que les miroirs ne soient vaporisés par les pertes.

    C’est la raison pour laquelle je me suis intéressé aux tachyons (cohérents mathématiquement, comme l’étaient les solutions négatives des équations de Dirac avant qu’on ne découvre l’antimatière considérée aussi comme hypothétique).

    Comme je disais, le but est toujours le même : sortir du cône de lumière, c.a.d. être capable « d’échanger » plus vite que la lumière (c’est forcément récurrent en Relativité, et on n’a pas le choix malheureusement)

  126. Lardi dit :

    Dans l’hypothèse où il serait possible de voyager dans le temps, en faisant l’expérience suivante: en prenant dans le passé par exemple une boule de billard numérotée(8)sur une table de billard et un observateur resté dans le présent pour surveiller cette même boule(8) placée sur la table au moment du départ dans le temps; qu’adviendrait-il de la boule(8) du présent au moment de sa manipulation dans le passé ? celle-ci disparaitrait-elle comme un mirage ? si cette hypothèse était juste cela voudrait dire qu’au moment où le père de Mallett prendrait conscience d’arrêter de fumer, son fils venu du futur ainsi que sa machine disparaitraient eux-aussi comme des mirages. Cela n’est pas impossible car si l’on admet l’hypothèse qu’un objet (ici une machine à voyager dans le temps et son occupant) peut disparaitre sous nos yeux sans laisser de traces, alors il est possible d’admettre le même processus pour tout autre corps/objet. Il reste à supposer que la disparition de Mallett venu du futur ne serait que comme une simple pensée dans notre cerveau rien de plus.

  127. Lardi dit :

    Dans cette hypothèse, le passé et le futur se rejoignant pour donner un nouveau présent. Donc effectivement, on pourrait à ce moment là dire qu’il n’y a jamais eu de machine à explorer le temps d’inventé et que le R. Mallett du présent n’est qu’un individu ordinaire parmi tant d’autres vivant avec sa famille aux côtés de son père.

  128. doc5967 dit :

    Partons du principe qu’il existe plusieurs réalités alternatives (hypothèse) et prenons cette boule (8).
    On ne peut pas dire, un observateur « resté dans le présent va surveiller cette boule », je m’explique :
    Dès l’instant où l’entité est envoyée affecter le passé, c’est un non-sens d’imaginer cet observateur en train de se demander, « tiens, je me demande ce qu’on va faire avec cette boule, je la surveille ». (c’est déjà fait, et lui-même a déjà été affecté par cette manipulation, dès l’instant où l’entité a été envoyée dans le passé).

    Je souligne ce point parce qu’on voit parfois des absurdités dans certains films de science-fiction :
    Exemple : Quelqu’un dans le présent est en train « d’attendre une semaine par exemple » que son copain envoyé dans le passé termine « pendant une semaine » aussi par exemple une manipulation, et seulement ensuite, la répercussion se propage d’un seul coup, ou au compte goutte..au choix de l’auteur ;)

    Cela n’a aucun sens.
    Maintenant, comment les choses se passeraient-elles réellement avec la boule (8) ?

    Nous sommes dimanche soir, je suis devant mon billard que j’ai acheté lundi, le compte y est, la boule (8) est bien là, je la surveille parce que j’ai découvert qu’elle était en or et mon banquier, que j’ai immédiatement mis au courant a décidé de me la voler en affectant le passé grâce à une machine bizarre :
    Il me nargue et se vante devant moi de la façon dont il compte bien y arriver.

    Il a décidé de soudoyer le livreur de lundi dernier en demandant à celui-ci de voler la boule avant la livraison et de l’enterrer dans le parc.

    Qu’importe, c’est un fou mon banquier et sûr de moi, je surveille ma boule (8) et d’ailleurs je la tiens dans ma main, personne ne viendra me la prendre me dis-je.
    Soudain, je vois mon banquier abaisser la manette d’un étrange appareil qu’il tient dans sa main (il est 21h00 et je suis chez moi)…ensuite…(*)

    Retour à la case « départ » :
    Nous sommes lundi, je me fais livrer un superbe billard, je le déballe et constate avec stupeur qu’il manque une boule, la boule (8), étrange…
    Je téléphone au fournisseur, qui me promet de m’en commander une, je la reçois mercredi.
    Je suis rassuré, je peux organiser une petite partie samedi soir.

    Pendant cette soirée, mon banquier arrive dans une superbe voiture de sport et se moque de moi.Je ne comprends pas pourquoi…
    Cette histoire me travaille.
    Le lendemain, je décide de me changer les idées et d’aller au restaurant dans la soirée.
    A 21h00, (*) je suis au dessert au restaurant et je songe à rentrer, demain je me lève tôt.

    Notez les deux astérisques : vous, qui connaissez l’histoire pouvez passer directement de l’un à l’autre, vous sautez d’une histoire à l’autre, de présent à présent, et çà fait drôle, on dirait un film où il manque un morceau…
    De MON point de vue (et celui de tous les autres), mon « unique passé » est celui que je viens juste de raconter, et tout se passe sans discontinuité.

    Je ne saurai jamais ce qu’il m’est arrivé.

    A noter : le banquier qui possédait déjà la machine toute neuve lundi, et qui ne l’avait jamais essayée, n’était encore au courant de rien lundi lui non plus (car sa machine ne lui permettait que d’envoyer des entités tachyoniques), jusqu’à ce qu’il découvre dans sa machine, un étrange message envoyé par lui-même dimanche prochain lui résumant l’opportunité à saisir sur une boule en or.
    Lui qui aime les belles voitures et qui peut vendre cet or facilement, çà tombe bien !
    Bizarre quand même se dit-il, je ne l’ai encore jamais fait fonctionner cette machine….mais alors, çà veut dire que si !

  129. doc5967 dit :

    Pour en revenir à votre dernier commentaire :

    [Dans cette hypothèse, le passé et le futur se rejoignant pour donner un nouveau présent. Donc effectivement, on pourrait à ce moment là dire qu’il n’y a jamais eu de machine à explorer le temps d’inventé et que le R. Mallett du présent n’est qu’un individu ordinaire parmi tant d’autres vivant avec sa famille aux côtés de son père]

    Un petit bémol : le père et le fils se souviennent vaguement que (par exemple) un homme étrange était venu dissuader le père de stopper immédiatement la cigarette sans poser de questions, que c’était une question de vie ou de mort.
    Ils n’ont plus jamais revu cet homme, et n’en n’ont plus jamais entendu parler…
    R. Mallett fera carrière dans la littérature, car il aime bien lire depuis qu’il est enfant…

  130. Lardi dit :

    Si on considére qu’il existe une infinité d’Univers parallèles de notre type (mêmes lois, mêmes particules) et si parmi cette infinité d’Univers on peut trouver toutes les variations possibles sur les conditions initiales, alors chacun de ses Univers contient un déroulement possible parmi tous les déroulements possibles et imiganiables.

    Leur existence ne dépendrait pas du geste que l’on fait : il existerait ainsi un Univers ou j’ai 80 ans, un Univers où j’en ai 300 car je suis né plus tard où que les capacités des humains sont différentes dans cet Univers là…

    On peut toute imaginer, c’est comme les nombres Univers ou l’histoire des singes qui tapent à la machine une oeuvre complète de Shakespeare…

    Revenons un instant sur la réalité alternative pour noter qu’elle n’est pas forcément synonyme d’univers parallèle. Avec les voyages dans le temps, c’est la réalité « de chez nous » qui est modifiée par une altération du passé, rappelez vous les films Retour vers le futur. Dans un épisode de Buffy contre les vampires, c’est la magie qui altère la réalité. Un personnage « souhaiterait » que Buffy ne soit jamais venue dans sa ville.

    Pour son malheur son voeu est exhaussé; du coup, les vampires sont maîtres de la ville. La suite témoigne de l’ambiguïté des réalités alternatives. Il n’est pas question ici d’univers parallèles, c’est bien notre réalité, la seule, qui a été momentanément modifiée et tout est rentré dans l’ordre à la fin, pourtant dans un épisode ultérieur, un personnage de cette non-réalité, la version vampire de Willow, revient, comme si elle n’avait pas cessé d’exister et même d’avoir existé, comme si elle avait attendu « quelque part » le moment de refaire surface. Les réalités alternatives peuvent aussi ne prétendre à aucune existence du tout, comme de nombreux épisodes de Superman de la fin des années 50 et début des 60, tout simplement présentés comme imaginaires. Superman jamais venu sur Terre, Superman marié avec enfants, Superman criminel et Lex Luthor héros etc. etc.

    Le procédé a été repris par Marvel en 1977 avec What if / Et si. Les histoires se déroulent dans un monde imaginaire, au départ identique à celui de Marvel mais qui en a divergé à partir du moment où un personnage a fait un choix différent de celui qu’on avait lu dans tel ancien épisode. Si son oncle n’avait pas été tué, Spider-Man ne serait pas devenu un héros. Et si Sue / Jane n’avait pas épousé Red mais Sub-Mariner, le chef des Fantastic Four, fou de jalousie, aurait provoqué une guerre avec le monde sous-marin. L’ambiguïté prend ici toute son ampleur, car le Watcher qui présente les histoires affirme tantôt qu’elles sont purement imaginaires et laisse entendre à d’autre moment qu’elles sont bien réelles, mais dans d’autres univers. Réalités alternatives et univers parallèles ne sont donc jamais bien loin l’un de l’autre.

    A mon sens, il y a deux concepts associés à celui de réalité alternative dans une unité politique avec un référentiel méritocratique.

    Premièrement, il y a un concept qui provient de la physique quantique qui est celui d’expérience virtuelle complémentaire d’expérience vitale. Quant à ce que l’origine soit la physique quantique, je reconnais que je me programme en fonction de principe épistémologique.

    Deuxièmement, le deuxième concept provient des standardisations : le fait qu’il y ait un Système International induit par l’absurde qu’il pourrait exister un nombre fini, car ‘l’univers est infini mais il a ses limites ‘ (Pf Albert Einstein) qui est égal à la liberté des uns commence là où s’arrête celle des autres avec des relations de résistance et de conductivité pour que la liberté évolue. Donc, par hypothèse, il pourrait si chacun s’en donne les moyens exister plusieurs codes réels pour évaluer par la perception de chacun ce qui génère une identité.

  131. Lardi dit :

    [ Un petit bémol : le père et le fils se souviennent vaguement que (par exemple) un homme étrange était venu dissuader le père de stopper immédiatement la cigarette sans poser de questions, que c’était une question de vie ou de mort.
    Ils n’ont plus jamais revu cet homme, et n’en n’ont plus jamais entendu parler…
    R. Mallett fera carrière dans la littérature, car il aime bien lire depuis qu’il est enfant… ]

    Non pas exactement lorsque je parle de prise de conscience du père de R. Mallett cela veut dire que quelque chose se passe au niveau de son cerveau qui va l’induire dans le sens de stopper la cigarette, un peu comme un rêve qui nous parait si réel et pourtant qui ne l’est pas.

  132. Lardi dit :

    [Partons du principe qu’il existe plusieurs réalités alternatives (hypothèse) et prenons cette boule (8).
    On ne peut pas dire, un observateur “resté dans le présent va surveiller cette boule”, je m’explique :
    Dès l’instant où l’entité est envoyée affecter le passé, c’est un non-sens d’imaginer cet observateur en train de se demander, “tiens, je me demande ce qu’on va faire avec cette boule, je la surveille”. (c’est déjà fait, et lui-même a déjà été affecté par cette manipulation, dès l’instant où l’entité a été envoyée dans le passé).

    Je souligne ce point parce qu’on voit parfois des absurdités dans certains films de science-fiction :
    Exemple : Quelqu’un dans le présent est en train “d’attendre une semaine par exemple” que son copain envoyé dans le passé termine “pendant une semaine” aussi par exemple une manipulation, et seulement ensuite, la répercussion se propage d’un seul coup, ou au compte goutte..au choix de l’auteur ;)

    Cela n’a aucun sens.
    Maintenant, comment les choses se passeraient-elles réellement avec la boule (8) ?

    Nous sommes dimanche soir, je suis devant mon billard que j’ai acheté lundi, le compte y est, la boule (8) est bien là, je la surveille parce que j’ai découvert qu’elle était en or et mon banquier, que j’ai immédiatement mis au courant a décidé de me la voler en affectant le passé grâce à une machine bizarre :
    Il me nargue et se vante devant moi de la façon dont il compte bien y arriver.

    Il a décidé de soudoyer le livreur de lundi dernier en demandant à celui-ci de voler la boule avant la livraison et de l’enterrer dans le parc.

    Qu’importe, c’est un fou mon banquier et sûr de moi, je surveille ma boule (8) et d’ailleurs je la tiens dans ma main, personne ne viendra me la prendre me dis-je.
    Soudain, je vois mon banquier abaisser la manette d’un étrange appareil qu’il tient dans sa main (il est 21h00 et je suis chez moi)…ensuite…(*)

    Retour à la case “départ” :
    Nous sommes lundi, je me fais livrer un superbe billard, je le déballe et constate avec stupeur qu’il manque une boule, la boule (8), étrange…
    Je téléphone au fournisseur, qui me promet de m’en commander une, je la reçois mercredi.
    Je suis rassuré, je peux organiser une petite partie samedi soir.

    Pendant cette soirée, mon banquier arrive dans une superbe voiture de sport et se moque de moi.Je ne comprends pas pourquoi…
    Cette histoire me travaille.
    Le lendemain, je décide de me changer les idées et d’aller au restaurant dans la soirée.
    A 21h00, (*) je suis au dessert au restaurant et je songe à rentrer, demain je me lève tôt.

    Notez les deux astérisques : vous, qui connaissez l’histoire pouvez passer directement de l’un à l’autre, vous sautez d’une histoire à l’autre, de présent à présent, et çà fait drôle, on dirait un film où il manque un morceau…
    De MON point de vue (et celui de tous les autres), mon “unique passé” est celui que je viens juste de raconter, et tout se passe sans discontinuité.

    Je ne saurai jamais ce qu’il m’est arrivé.

    A noter : le banquier qui possédait déjà la machine toute neuve lundi, et qui ne l’avait jamais essayée, n’était encore au courant de rien lundi lui non plus (car sa machine ne lui permettait que d’envoyer des entités tachyoniques), jusqu’à ce qu’il découvre dans sa machine, un étrange message envoyé par lui-même dimanche prochain lui résumant l’opportunité à saisir sur une boule en or.
    Lui qui aime les belles voitures et qui peut vendre cet or facilement, çà tombe bien !
    Bizarre quand même se dit-il, je ne l’ai encore jamais fait fonctionner cette machine….mais alors, çà veut dire que si !]

    Hep ! doc5967 faut arrêter là vous partez en c.o.u.i.l.l.e ! si je puis me permettre. Prenez donc un doliprane et hop au lit !

  133. Fabrice dit :

    Anaxagore de Clazomènes à dit Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau, repris plus tard par Lavoisier et un peut transformé.

    Imaginons un seul instant que tout simplement une chose déjà existante ou effectuée ne peut plus changer. Maintenant si on pose ce postulat, je suis le Fabrice du présent qui va dans le passé et par mégarde, je provoque un accident ou je meurt dans le passé. Si on garde cette idée de Lavoisier et d’Anaxagor, alors, moi le fabrice du présent, je serai toujours là et bien vivant, mais en même temps le fabrice du passé n’existera plus à notre époque puisque mort dans le passé, cela serait vrai si tout simplement le temps était une sorte de ligne droite ou on pourrait ajouter des éléments comme faire disparaitre qqun ou faire apparaitre qqun d’autre ou changer son comportement. Il n’y aurai pas de paradoxe à cela, puisque le présent à vécu et que l’on change le passé tout en conservant le présent.

    Je ne sais pas si mon explication est assez clair ?

    Pour résumé, un seul univers, une seule courbure du temps, mais pas de paradoxe, juste des modifications.

  134. doc5967 dit :

    Je crois que l’hypothèse de l’existence de réalités alternatives est étroitement liée à la Mécanique Quantique.

    Dans chaque scénario faisant intervenir une boucle temporelle, on se retrouve à chaque fois avec un problème de « dédoublement » ou « d’ubiquité ».
    C’est inévitable, forcément, puisque rien ne se perd et rien ne se crée (tout se transforme), et donc c’est forcément une partie du contenu « futur » qui intervient dans le même contenu « passé », (de forme différente certes), contenu passé « contenant » encore cette partie quelque part. (à moins que..faut que je réfléchisse avec les vols tachyoniques si on peut zapper le dédoublement)

    Cette partie existe donc théoriquement en double avant interférence.

    C’est aussi pour cette raison que j’essaie de traiter le problème du voyage dans le temps uniquement au niveau des particules, et pas au niveau d’un objet comme une pomme, ou pire, un homme, car il y a problème de taille, c’est celui du principe de la conservation d’énergie.

    Au niveau quantique (particules), je peux concevoir une particule à deux endroits à la fois (superposition d’états), tant qu’aucune mesure directe n’a été effectuée sur elle.
    Je peux donc facilement faire interférer une particule venue du futur avec la même particule au présent (ubiquité quantique), sans violer le principe de conservation d’énergie.
    La particule se trouvera en définitive à tel endroit à tel instant au moment de la mesure destructive, il n’y en aura qu’une et le problème sera résolu.

    Pas de problème donc avec une particule.
    Et puis on peut leur faire faire tellement de choses aux particules ;)

    Maintenant imaginez un homme :

    Vous imaginez R.Mallett se croisant lui-même (plus jeune) dans le passé ?
    Là, on a vraiment un problème !
    L’univers contient un surplus d’énergie et de matière, d’où viennent-ils ?

    De toute évidence, on n’a pas ce problème avec une particule, c’est la raison pour laquelle je n’imagine pas qu’on puisse faire voyager un homme, ou même une balle de tennis, mais seulement des particules.

    Le problème ici avec R.Mallett, c’est que pour que le scénario qu’on a évoqué hier soit possible (dissuasion du père encore vivant), la machine doit déjà exister à cette époque, (ou l’équivalent en tout cas), c.a.d. quelque chose qui soit apte à « recevoir » et à « décoder » un signal composé de particules supraluminiques.

  135. Lardi dit :

    Désolé pour vous doc5967, la boule (8) a définitivement anéantit votre crédibilité dans cet univers-ci, c’est-à-dire aux yeux de tous les lecteurs de ce forum, vous êtes passé du stade du pseudo-scientifique qui récite ses connaissances apprises sur Google au stade du Q.I. d’une huitre sous prozac.

  136. Fabrice dit :

    Lardi votre discussion avec doc5967 sur la boule de billard était passionnante jusqu’à ce dernier message.

    je ne comprend pas pourquoi certaines personnes veulent absolument montrer au monde qu’ils sont plus intelligent que les autres, sortent de belles phrases et finissent toujours par insulter les autres et puis le QI, aujourd’hui tout le monde sait qu’il ne veut rien dire.

    Personnellement, je pense que tout ce qui est dit sur ce forum, hormis certain poste insultant et du coup ridicule, vaut la peine et même si certaines choses sont prise ailleurs ou pas cela incite à la réflexion et pour moi il n’y a que du bon. Il n’y a pas de concours ici et Merci doc5967 pour votre forum.

    doc5967, et si l’on imagine simplement que l’énergie passé et présente ne sont pas les mêmes. Je suis certain que l’univers ou la nature (peut importe comment on le nomme) trouve une solution pour s’adapter à toute situation. Désolé Lardi, je n’ai pas un QI assez évolué et ma réflexion doit vous paraître ridicule.

  137. doc5967 dit :

    Lardi, non mais vous vous lisez ?

    Avez-vous réellement une double personnalité ou c’est juste un jeu puéril pratiqué seul ou avec des copains et un pack de bières ?

    Sérieusement, ne me dites pas que vous êtes assez naïf pour croire que l’intervenant anonyme que je suis cherche à se construire une réputation sur un site consacré au voyage dans le temps :)
    Franchement je suis pas au bon endroit si c’est çà, j’aurais du faire attention au titre, vous vous souvenez :)

    D’autre part, avec un certain recul, j’estime avoir bien plus à apporter qu’à apprendre au vu de vos commentaires, (…) donc rassurez-vous, si effectivement je devais tomber plus bas que vous au niveau crédibilité (çà me paraît assez difficile), je m’en remettrais sans difficulté et ne souffrirais d’aucun handicap :)

    Je me doutais que vous étiez un fan de Google, c’est bien pratique pour les termes techniques qui vous sont étrangers, mais malheureusement çà ne suffit pas pour manipuler des concepts que même de grands étudiants mettent des années à digérer (je ne parle pas, évidemment de nos échanges « philosophiques » sur des situations hautement hypothétiques que VOUS avez suggérées).

    Je ne commenterai pas vos remarques déplacées qui sont loin de vous honorer, les lecteurs pourront en juger, d’ailleurs, Lardi/Berni même IP ? A voir…

    Personnellement, je préfère échanger des idées sur des bases vraiment scientifiques concernant la Relativité avec des intervenants de bonne foi, plutôt que discuter S.F. pour satisfaire un plaisantin comme je viens de le faire, en m’égarant à répondre à des suggestions sorties tout droit de livres pour enfants dont vous nous avez énuméré ici un bien joli contenu.

    C’est d’ailleurs le sujet que je voulais aborder (Je parle de la Relativité) pour exposer les conditions à réunir pour qu’un Tachyon crée réellement une boucle temporelle (ce n’est pas systématique).

    En effet, si on raisonne comme Newton, un Tachyon arrive plus tôt que le photon, mais il arrive quand même plus tard…hé oui, jamais dans le passé !

    En Relativité, c’est un peu plus compliqué.
    Pouvez-vous nous résumer comment cela se passe pour changer ?

    C’est de cela dont j’aurais bien voulu parler avant que vous arriviez avec votre boule 8 mais je préfère vous laisser pour ce soir à vos « Fantastics » et Google, là je dois prendre un Doliprane, çà devrait suffire :)

  138. doc5967 dit :

    Bonsoir Fabrice,

    Une chose est sûre, tout ce que nous faisons à notre échelle, la nature sait déjà le faire depuis des milliards d’années.
    Nous n’avons rien inventé au niveau fondamental.
    J’imagine que si le voyage dans le temps est réellement possible, alors certaines particules le font régulièrement à notre insu dans l’espace ou au coeur de la matière.

    Si c’est le cas, ces particules sont forcément très fugaces, et leurs effets extrêmement difficiles à mettre en évidence, autrement, nous les aurions déjà mises en évidence, avec les moyens que nous avons actuellement, en particulier au CERN.

    Nous avons déjà du mal à trouver le fameux boson de Higgs (prévu dans notre modèle standard), alors le tachyon..

    Si des Tachyons existent, ils doivent interagir très peu avec la matière.
    Le fait qu’ils n’aient encore jamais été mis en évidence ne prouve rien.
    Les neutrinos sont restés longtemps des candidats potentiels (même avant la récente expérience OPERA au CERN les invalidant apparemment).

    Notre ami Lardi pourra vérifier sur Google :)

    En effet, la Relativité Restreinte admet des solutions « imaginaires » (au sens mathématique du terme) qui ne sont autre que des Tachyons, c.a.d. des particules qui vont toujours plus vite que la lumière. (jamais à C ni en dessous)

    A une époque, Dirac a trouvé des solutions négatives dans ses équations et a suggéré l’existence d’une matière « négative ».
    Ce n’est qu’un peu plus tard que l’on découvrit cette fameuse matière à laquelle on donna le nom d’antimatière.

    De la même façon, les Trous Noirs ont représenté des solutions des équations de la Relativité Générale, et ils sont restés hypothétiques jusqu’à ce qu’on prouve qu’ils existent.

    En fait, une théorie reste valide tant que ce qu’elle prédit se confirme effectivement.
    Le jour où les prédictions entrent en conflit avec les observations ou les tests expérimentaux, il faut réviser la théorie.

    A ce jour, la théorie de la Relativité n’a encore jamais été invalidée, et donc l’existence de Tachyons non plus.
    Tant que ces équations sont valides, on peut donc imaginer des situations assez fascinantes avec des Tachyons.

    J’attends que Lardi nous fasse un exposé quand il aura passé 2 minutes et demi sur Google.

    Si un jour on prouve le contraire, alors il faudra jeter tout çà à la poubelle, mais pour l’heure cela reste mathématiquement cohérent, n’en déplaise aux esprits les plus fermés.

  139. Lardi dit :

    Bref…que dire à tout cela? je crois que tout est dit: un discours récurrent sans réelle enrichissement dans le débat, juste une énumération de termes scientifiques qui ne sont connus que de vous doc5967

  140. Lardi dit :

    Pour ma part c’est ma dernière intervention sur ce forum. Bonne continuation à tous.

  141. doc5967 dit :

    Vous ne voulez pas nous faire cet exposé pour notre enrichissement Lardi ?
    Tout est dit ? Mais on n’a même pas encore commencé :)

    Allez, je vous mets sur la voie, comme je sais que vous lirez ceci au moins une fois par acquis de conscience : vous tapez d’abord « Tachyon dans Google…

    Ensuite, vous étudiez un peu la Relativité (là, vous oubliez Google hein) et vous essayez de faire quelques petits calculs arithmétiques (pas besoin des intégrales) basés sur le paradoxe des jumeaux de Langevin pour nous expliquer comment un Tachyon peut créer une boucle temporelle dans certaines situations bien précises.

    C’est juste des maths, il n’y a pas de termes techniques, ni de boule 8 donc avec votre Q.I. çà devrait aller, on y va ou vous déclarez forfait ?

    Allez, un petit effort quoi…