Le PPA de Google

Google PPA


J’ai lu récemment plusieurs articles sur le sujet dont celui de Fred Cavazza. Et je ne suis pas tout à fait d’accord.

Google est clairement en train de tester le PPA (Pay Per Action ou paiement à l’acte) à l’aide de ses éditeurs Adsense. Certes ce n’est pas nouveau puisque Google utilise déjà le PPA depuis un moment avec des produits comme Firefox, la Toolbar Google, le programme Adsense,… Les affiliés Adsense y ont accès dans leur compte.
Le Pay Per Action rémunère l’éditeur de site web à l’acte: télécharger Firefox, s’inscrire à Adsense, s’inscrire à une Newsletter, faire une vente, etc..
Cette rémunération peut être de 0,20€, 0,50€, 1€, 2€ et bien plus dans le cas de ventes (exemple: chez Expedia de 15 à 30€)

Voilà pour la définition du PPA, voici maintenant mes réactions en tant qu’annonceur et éditeur puisque j’ai vécu les deux.

  • Le PPA en tant qu’annonceur: premièrement il ne s’agit nullement de révolution de la part de Google puisque le PPA existe depuis des années avec notamment les plateformes d’affiliations (Commission Junction, Tradedoubler, Cibleclick, etc..). De plus Google teste déjà son PPA depuis un certain temps avec ses propres produits via Adsense.
    En tant qu’annonceur par contre on ne peut que se réjouir de l’arrivée du PPA chez Google, comme le dit Stéph Guérin. Les annonceurs vont enfin pouvoir savoir exactement où va leur argent chez Google, en l’occurence dans le réseau de sites affiliés où l’on ne sait pas du tout sur quels sites proviennent les clics. Ca c’est vraiment un problème qui m’irrite au plus haut point dans Adwords. Surtout qu’en général la plupart des clics proviennent du réseau de sites affiliés plus que du réseau de recherche.
    Avec le PPA un annonceur ne sortira son porte-monnaie que lorsqu’une action aura été effectuée.
    Pour les annonceurs c’est la transparence totale, claire et simple. Plus de problème de fraude au clic. Par contre il faut savoir que la fraude au PPA et notamment au « lead » (=à l’inscription) existe depuis des années. J’ai déjà vu des sites internet qui proposent à leurs membres une rémunération partagée contre des inscriptions à des formulaires. Et comment vérifier que l’adresse machin@orange.fr ou truc@videotron.ca n’est pas une adresse des membres de ces sites?
    La fraude au PPA est donc largement autant possible que celle au clic, sinon peut-être plus facile et coûteuse.. ou rémunératrice si on se place du coté de Google.

    Je n’ai pas compris pourquoi Fred Cavazza parle de révolution..Ca pourrait en être une en soit simplement parce que Google décide de se lancer dans le PPA à son tour et d’entraîner ainsi toute l’industrie ? De ce point de vue d’accord..

  • .. mais alors ce ne serait franchement pas juste pour les éditeurs..

  • En tant qu’éditeur de site internet, le PPA va être une pilule dure à avaler comme en disent certains.
    Car selon moi le PPA c’est de la publicité gratuite en attendant qu’une action ait lieu.. Beaucoup de gros annonceurs vont accroitre leur notoriété pour beaucoup moins cher.
    Un gros site peut s’arranger pour faire une publicité qui attire les affiliés avec une grosse rémunération -genre 30€- mais qui ne sera que rarement transformé en acte par les internautes car l’offre ne sera pas alléchante. Vous l’aurez compris, ce gros site aura une publicité de notoriété gratuite..

    En résumé les pauvres éditeurs de sites internet qui en arrachent et travaillent fort -par exemple les blogueurs- n’auront pas plus de revenus avec le PPA qu’avec le PPC (Pay Per Click ou Coût Par Clic)

    Et surtout pourquoi utiliser le PPA de Google, lorsqu’on sait que des tonnes de plateformes d’affiliation existent avec toute une panoplie d’offres multi-thématiques?

    Bref tout cela me laisse dubitatif mais attendons de voir ce que Google sortira vraiment: simple plateforme d’affiliation avec PPA en plus du PPC et CPM (Coût Pour Mille impressions) mêlé à un système d’enchères comme le prétendent certains?

Je pense sincèrement que le vrai modèle publicitaire est toujours à inventer sur internet.. celui qui récompensera à leur juste valeur les éditeurs de sites internet et qui permettra aux annonceurs de savoir exactement où va leur argent.