Le nouvel iPad ne supportera pas la 4G en France


La nouvelle peut paraître surprenante tant la firme de Cupertino nous a habitué à avoir un temps d’avance sur tout le monde. L’information a cependant déjà été confirmé par Apple.
A l’annonce de la compatibilité du ‘nouvel’ iPad avec la 4G LTE Nord-Américaine les médias se sont tous interrogés sur la compatibilité avec le futur réseau français supposé émerger d’ici 2013.
Qualcomm, constructeur de la puce 4G (MDM9600) qui équipe l’iPad, avait été le premier à réagir en précisant que sa puce était belle et bien compatible avec le réseau français malgré l’utilisation de fréquences différentes (le réseau de Verizon et AT&T occupe les plage de 700 MHz et 2100 MHz alors que l’ARCEP a attribué il y a quelques mois aux opérateurs français des fréquences autour des 800 et 2600 Mhz).

La société Qualcomm a vu juste en précisant qu’il fallait attendre une confirmation officielle d’Apple pour conclure que l’iPad était tout aussi apte avec les fréquences européennes. En effet, dix jours plus tard, Apple a annoncé au Magazine High-tech Clubic que « l’iPad Wi-Fi + 4G fonctionnera en 4G LTE sur les réseaux nord américains alors qu’il offrira le meilleur débit sur les réseaux 3G actuels en Europe ». L’explication viendrait de la configuration hardware de la tablette et plus particulièrement des antennes qui ne seraient pas aussi modulables que la puce MDM9600.


iPad 4G

A moins qu’Apple sorte une version spéciale Europe du nouvel iPad, nous devrons donc nous contenter de notre réseau 3G+ et son débit « maximal » de 42Mb/sec. Malgré tout, le débit moyen des réseaux dépasse très rarement les 5 Mb/s d’après l’ARCEP et la norme HSPA+ permettant un tel débit (au lieu des 7.2 Mb/sec habituels) ne couvrait que 50% de la population en décembre dernier. Ne vous précipitez donc pas vers le ‘nouvel’ iPad si votre principal argument était de pouvoir surfer plus vite. Il serait pas non plus surprenant de voir les revendeurs utiliser la dénomination de ‘iPad 4G’ prochainement attaqués en justice par les associations de consommateurs.

Auteur : Alexandre Amert : Jeune ingénieur parisien, je suis passionné par l’univers de la robotique, les nouvelles technologies, et le sport. Cette diversité m’a conduit à fonder ma propre société : eforsports.com. Je développe également des applications mobiles mais toujours en gardant un oeil sur l’actualité high-tech.

  • Nicolas

    Il ne faut pas oublier un détail important, la 4G permet un ping considérablement plus faible qu’en 3G. Donc outre le débit beaucoup plus élevé, on a aussi une latence très réduite en 4G, et je pense que c’est même le plus important. Qui ne rêve pas d’avoir une latence digne d’une connexion WiFi en étant sur le réseau mobile ?

    Je ne compte plus les fois ou j’attends des dizaines de secondes pour afficher un simple site en étant sur le réseau 3G.