La définition du Web 3.0

Les Gourous du Web livrent déjà bataille pour la définition du Web 3.0


Francis Pisani synthétise le combat que se livrent virtuellement Jason Calacanis, entrepreneur web et blogueur et Tim O’Reilly le père du Web 2.0.

Selon Calacanis, la définition officielle du web 3.0 (quelle modestie!!) est « la création de contenu de grande qualité et de services produits par des individus doués utilisant la technologie de web 2.0 comme une plateforme« .

Faux réplique O’Reilly : le contenu du web modéré par d’autres personnes ca n’est pas nouveau.

D’après Nova Spivack le web 3.0 ne sera pas le web sémantique mais l’utilisera en partie. Selon lui le Web 3.0 sera concentré sur le back-end de l’Internet, la mécanique invisible à l’utilisateur et qui fait fonctionner le front-end. Spivack définit le web 3.0 comme la troisiéme décennie du web, de 2010 à 2020. (Web 1.0 de 1990 à 2000, Web 2.0 de 2000 à 2010). Ouais.. hum si c’était si facile ;-)

La définition de Calacanis est légèrement biaisée : elle ressemble beaucoup à la définition de Mahalo, son nouveau moteur de recherche dont les résultats sont édités par des humains.

Qui peut prédire à quoi ressemblera le web 3.0 ou simplement le web dans 10, 20 ans ?

Et si il n’y avait plus de Web ? Si le Web et la TV fusionnaient et que la TV l’emporte? Plus d’ordinateur, plus besoin d’être assis à son bureau en tapant sur un clavier mais à la place on « parlerait » à notre WebTV, de vive voix ou par la pensée ? On peut toujours rêver.

Selon vous, qui a raison : Spivack, Calacanis, O’Reilly, Vinton Cerf avec le mobile, l’IPWTV ou personne ?

  • klossowsky

    Pour moi ca sonne comme une insulte !! le web 3.0 technologie du 2.0 plus un contenu de qualité !! lol libre à chacun de contrôler la qualité de son contenu quand je vois certaines poutres dans l’oeil de certain site … le web 3.0 est juste un nouveau buzz à deux balles !!

    en tout cas thx pour l’info !! friendly klossowsky

  • Hub

    Pour répondre à la problématique de la trajectoire du web et où va t’il. Il faut définir d’où l’on est parti.

    Il y a eu le contenu « figé » avec du html brut : Tout le monde lis la même chose.
    à l’instar d’un livre.
    (Web 1)

    Puis du contenu à la demande grace aux bases de données java, flash, Php, ajax… :
    Tout le monde PEUT trouver la même chose.
    à l’instar d’un anuaire, dictionaire ou encyclopédie.
    (web 2)

    Et il y aurra un contenu qui réagira aux contextes et aux individus, leurs parcours et leurs profils : Chacun sera suceptible d’obtenir un contenu personalisé et dans les cas les plus sophistiqué totalement imprévisible.
    à l’intar des pub qui ornent Google-mail interagissent avec nos centres d’intérrêts.
    (web 3 ?)

    Et plus tard, beaucoup plus tard, il y aurra un web encors plus sophistiqué, composé de méta-contenu echapant au langage et concept humain, composé par les machines à destinations des machines, qui les interpreterons, ou pas, pour des tâches aussi complexes qu’aubscures. Comme par exemple de rechercher une autre planette habitable, non polué, dans l’univers.
    Pour les humains ou seulements pour les machines si les humains ont disparu d’ici là.
    (Web 4 ???)

  • Pingback: La guerre des néologismes, la défaite du sens : Le blog d'Antoine Dupin()