Google, merci de nous fournir le code source de ton algorithme

Google domine largement le marché de la recherche sur internet et c’est d’ailleurs un quasi-monopole. C’est donc tout naturellement que partie d’une bonne intention, la députée française Sandrine Mazetier a demandé à ce que le géant américain dévoile publiquement son code source à tout le monde. Normal, quoi.

L'algorithme de Google

non ce n’est pas un morceau du code source, mais un simple view source de la page d’accueil de Google…^^


C’est pas fou : quand tu es à l’école et que tu as une mauvaise note, tu essaies de comprendre et tu sais exactement où tu as fait une erreur. Tu peux donc t’améliorer. Avec Google c’est pas pareil. Même les bons élèves peuvent se faire planter sans savoir pourquoi (on peut seulement avoir une idée de ce qui s’est passé mais jamais une confirmation exacte), tandis que ceux qui trichent rigolent bien, car si le professeur sévit un peu, ils changent leur technique.

Partant de ce constat, il paraît logique de demander au moteur de recherche de nous filer son code source. Et que ca saute !! ;-)

Selon ce que rapporte Numerama,

« la députée socialiste Sandrine Mazetier a posé une question écrite à Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’économie numérique pour lui rappeler « qu’être écarté ou mal référencé peut donc avoir des conséquences dramatiques pour les opérateurs économiques, qui ont un besoin de trafic pour leur développement« . « Des acteurs français ont dû engager des actions judiciaires devant les tribunaux aux fins d’indemnisation en réparation du préjudice subi, aux motifs de certaines pratiques abusives de Google« , rappelle l’élue, qui ajoute que « certaines PME françaises sont en situation de grave péril » à cause, justement, d’un classement devenu défavorable pour elles. »

Madame Mazetier propose donc 3 choses :

  • séparer les activités de moteur de recherche vers les liens naturels et les activités verticales favorisant les propres contenus du monopole ;
  • assurer la transparence du code de l’algorithme afin d’en finir avec les manipulations et les référencements discriminatoires ;
  • mettre un terme aux pratiques d’exclusivité.

C’est loin d’être fou mais ca ne risque pas d’arriver malheureusement, car comme le mentionne Abondance, ce serait comme demander à Coca Cola de nous donner la recette de sa précieuse liqueur…

5 Comments

  1. fran6t 29 novembre 2012
  2. dom 29 novembre 2012
  3. Kelcible 29 novembre 2012
  4. Fab 29 novembre 2012
  5. Kouami Sessou 1 décembre 2012