Facebook ou le mirage d’un géant du Web ? -18% depuis vendredi, la SEC et la FINRA ouvrent une enquête, le Nasdaq poursuivi

Encore des eaux troubles pour le réseau social et cette fois ce ne sont pas les frères Winklevoss qui reviennent à la charge… Non non, en cause : la chute de 18% de l’action de Facebook depuis son introduction en bourse vendredi.


Facebook chute IPO

De 38$ à 31$ aujourd’hui. On est bien loin de la première cotation à 42$ de vendredi…

La chute du titre FB inquiète non seulement les investisseurs mais aussi les autorités. Le gendarme de la bourse américaine, la SEC ainsi que l’association américaine de protection des investisseurs (FINRA) viennent d’ouvrir une enquête sur l’IPO de Facebook.

Déjà on peut se poser la question pourquoi Morgan Stanley, JP Morgan et Goldman Sachs ont revu leurs prévisions à la baisse pendant le processus même d’introduction. Bizarre. Mais encore plus inquiétant si on se fie aux analyses de Thomson Reuters Starmine qui prévoit une croissance annuelle de 10,8% de l’entreprise (la moyenne de l’industrie technologique), car cela mettrait la valeur de l’action de Facebook à 9,59$ (-75% par rapport au prix d’IPO). Autant dire que si le réseau social est surévalué à ce point, l’action n’a pas fini de chuter… On peut se demander pourquoi alors avoir mis un prix d’intro aussi haut.

De son côté le Nasdaq n’a guère brillé vendredi dernier. Problèmes dans les passages d’ordres, retards, bugs,…. un investisseur a décidé de poursuivre en justice le deuxième marché d’actions des Etats-Unis.

Pour conclure sur une note encore plus pessimiste, je vous invite à lire l’article de Michael Wolf de Technology Review, et qui dit en gros : Si Facebook se plante, ce ne sera pas juste l’histoire d’une faillite d’un réseau social mais celle de toute une industrie internet supportée par la publicité.

« The Facebook Fallacy. For all its valuation, the social network is just another ad-supported site. Without an earth-changing idea, it will collapse and take down the Web. »

Ca sonne un peu fin du monde de l’Internet dans le style 21 décembre 2012…. On n’en est pas encore là. On serait plutôt sur un message d’avertissement de bulle internet.

[image]

  • Bertrand

    On appelle ça un « hold-up » boursier. Pendant des mois la société et ses banquiers ont fait monter les enchères sur la valeur pour partir avec une action très haute et donc s’en mettre plein les poches. Le prix de l’action devait être autour de 30$ au départ mais la banque Morgan Stanley a remonté le prix sur la fin. Certains s’en sont mis plein les poches en vendant à ce tarif très haut : fondateurs, premiers actionnaires, banquiers. D’ailleurs ils ont fait ce qu’il fallait pour que tout le monde en achète dès le départ avec une communication massive : « Tout le monde voulait du Facebook ». Facebook a récupéré de son côté 16 milliards.

    D’autres ont pour l’instant été grugés : les petits porteurs qui pensaient faire un carton en quelques heures en pensant revendre rapidement à +30%. Ils vont découvrir une règle essentielle : la patience. S’ils ont eu par le passé des actions Amazon ils savent que ça peut être une bonne affaire (prix de l’action quadruplé quelques mois plus tard).