E-Commerce : les Chiffres français [infographie]

L’industrie du e-commerce ne s’est jamais aussi bien portée en France et ferait presqu’oublier qu’il y a beaucoup plus de sites qui ferment que d’e-commerçants qui réussissent vraiment.

En 2009 le secteur pesait 25 milliards d’euros. En 2010, 31 milliards et en 2011 presque 38 milliards. L’estimation pour 2012 avoisine les 45 milliards d’euros.

En 2009 il y avait 64 000 sites marchands ; en 2011 on en dénombrait 100 000, pour 38 millions d’internautes consommateurs.


Qu’achète t-on en ligne ?

Principalement des voyages (56%), des services (52%), des vêtements (45%), des produits culturels (45%) et électroniques (44%).

Le panier moyen du e-consommateur s’établit à 90 euros pour 14 achats. Avec des bons de réduction, la valeur de ce panier monte à 180 euros. Le site bons-de-reduction.com qui est à l’origine de cette infographie affirme qu’il a fait générer 100 millions d’euros en chiffre d’affaires à ses e-commercants partenaires en 2011.

L’avantage de la baisse de prix lorsqu’un acheteur est indécis, c’est que l’offre promotionnelle permettrait d’augmenter le taux de conversion et de fidéliser le client.

On apprend aussi que des frais de livraison trop élevés seraient souvent à l’origine des abandons d’achats en ligne… (44% des e-acheteurs abandonnent leur panier si les frais sont trop importants par rapport à la commande)

ecommerce

  • Régime Discount

    Excellente infographie qui démontre qu’il y a encore des places à prendre dans le e-commerce bien que le secteur se soit professionnalisé énormément. Ceci explique aussi tous ces candidats au succès et qui ferment si vite mais qui finalement n’est que le reflet de ce qui se passe dans le commerce traditionnel. Dommage qu’on n’évoque pas ici le secteur de l’alimentaire et de la diète qui sont des secteurs en forte croissance et promis à une forte croissance.
    Un bémol aussi au bon de réduction, il fait parfois bien chuter les marges, d’autant plus que ces sites intermédiaires prennent aussi leur marge et fragilisent le marché car ils mettent bien souvent en avant le prix plutôt que la qualité