Diablo III : un lancement qui a tenu ses promesses

Plus encore que la sortie prochaine de la version « mea culpa » de Final Fantasy XIV, l’évènement PC de l’année, c’est très probablement l’arrivée de Diablo III sur le marché, douze ans tout de même après la parution du second volet. Après des mois et des mois d’attente et d’incertitudes, c’est finalement hier, le 15 mai 2012, que des millions de joueurs (un peu d’anticipation ne fait pas de mal) ont pu commencer à découper du monstre sur ce nouvel opus de la saga Diablo. En principale innovation de ce Diablo III, on retiendra l’intégration de Battle.net, le service en ligne de Blizzard qui va donc permettre des joutes entre des gamers éparpillés sur la surface du globe.


jeu diablo III

Le risque est toutefois fort que Diablo III phagocyte la base de joueurs de World of Warcraft, autre titre Blizzard qui subit depuis un certain temps une baisse de fréquentation avec l’annonce en novembre dernier du départ de 800 000 abonnés en l’espace de quelques mois. Une bêta de Diablo III fin avril avait en effet rassemblé plus de deux millions de joueurs, avec des serveurs censés prendre la température pour le lancement effectif du jeu. Le 15 à minuit, ils étaient cependant nombreux à rencontrer des soucis de connexion, car même le jeu solo nécessite d’être connecté au net pour y accéder, une contrainte qui n’a pas lieu d’être selon la communauté.

Ne soyons toutefois pas tant désolés que cela pour Blizzard, car l’éditeur empochera des commissions sur chaque transaction effectuée dans l’hôtel des ventes de Diablo III. Ne seront a priori pas intéressés ce groupe de coréens ayant déjà terminé la campagne solo en 4/5 heures, un exploit en soi dont les clichés sont visibles sur le net si l’on aime se spoiler, ou juste par curiosité pour ceux qui ne tâteront jamais de Diablo III.