Charlie Bit My Finger a rapporté 160 000 dollars aux parents sur Youtube

Le britannique Howard Davies-Carr et ses deux fils Charlie et David sont devenus célèbres avec cette vidéo postée sur Youtube en 2007 et intitulée « Charlie Bit My Finger« .


Un petit film de 57 secondes dans laquelle on voit un bébé mordre son frère puis rigoler avec fierté, tout content de son mauvais coup envers son grand frère.

Charlie bit my finger

Jusqu’à présent la vidéo a rapporté aux parents près de 160 000 dollars et a été vue 430 millions de fois. Cette somme a été gagnée grâce au partenariat réalisé avec Google/Youtube, dont les responsables contactent les auteurs de vidéos qui ont un fort potentiel viral.

Mais cette famille gagne également de l’argent en vendant des produits dérivés de « Charlie Bit my Finger » : t-shirts, pyjamas et vêtements pour enfants… qui leur rapportent encore des revenus supplémentaires.

Charlie Bit My Finger, 430 millions de vues :

La question qu’on peut se poser : est-ce sain de gagner de l’argent en mettant ses enfants sur Youtube ? Certaines personnes n’apprécieront pas du tout le procédé alors que pour d’autres il n’y a rien de mal là-dedans. A vous de juger. Charlie bit my finger me dérange pas vraiment mais celle ci-dessous, si par contre, car elle filme un enfant en situation affaiblie, ce qui est beaucoup plus dérangeant à mon avis.

Cette autre vidéo virale rapporte aussi des revenus confortables aux parents qui l’ont posté : « David After Dentist« , dans laquelle on voit un jeune garçon complètement dans les nuages dans la voiture de ses parents, après son anesthésie chez le dentiste. Elle a été vue près de 108 millions de fois et est encore plus exploitée avec un site web officiel davidafterdentist.com qui est carrément une boutique en ligne de produits dérivés.

Envie de vous enrichir avec Youtube ?

Oui c’est possible, cependant il va falloir jouer dans la gamme des dizaines de millions de vues pour commencer à toucher des bons revenus, ce qui est loin d’être gagné d’avance. Car on ne choisit pas soi-même la destinée de sa vidéo : c’est uniquement les internautes qui en décideront.

[via]