80% des revenus Google Adwords viennent de 1% des annonceurs

seobook-adwords


Un article de SEOBook en vient à la conclusion que 80% des revenus sur Adwords sont drainés par 1% des annonceurs, soit les plus gros d’entre eux.

L’Étude a été réalisée aux Etats-Unis avec l’outil SEMRush. SEOBook précise qu’il s’agit simplement d’un apercu dû aux limitations de la base de données de SEM Rush qui ne contient pas tous les mots clés de façon exhaustive.

Il est intéressant de noter qu’aux USA, au moins 55 annonceurs dépensent plus de 1 million de dollars par mois en Adwords ! Hallucinant.

Le type en charge d’Adwords n’a pas intérêt à se planter avec de tels budgets. Ok disons plutôt l’équipe que le type ;-)

gros-annonceurs-adwords

En nombre d’annonces, c’est Amazon.com qui a la palme d’or avec presqu’un million d’annonces adwords en même temps, suivi de eBay et Target.

En dépenses mensuelles c’est Dartsearch.net le premier (mais Dartsearch=Doubleclick=Google). De même le 4è,  Atdmt est une régie publicitaire. Parmi les sites ecommerce en tête de liste et qui dépensent environ 9 millions de dollars par mois on retrouve Ebay, Amazon et Expedia.

  • Pascal-philippe Bergeron

    En réalité les données pour Ebay pourrait être faussée par leur inclusion automatique de mots clés ({Keyword:default value}) Le robot les détecte-il?.

    Les sites de marketing comme Ebay et Amazon sont prêt à payé très cher le clic pour généré du traffic sur leur site même si c’est impertinent.

    Je suis heureux que le programme AdWords se rentabilise avec les SUR-annonceurs et permette aux petits joueurs de se positionné juste à coté d’eux pour 0,10$ le clic!

    car +de 50% des annonceurs paient moins de 100$/mois et font certainement une excellente marge.

  • Stéphane Guérin

    Ça détonne de l’habituelle loi du 80-20, mais quand même, je ne suis pas surpris. Google AdWords, c’est un peu la longue traine de la pub pour ramasser toutes les miettes de budgets de pub, mais à grande échelle.

  • stephane

    @Pascal : je vous garantis que Amazon et eBay ne surpayent pas les clics et que cela est scrupuleusement analysé par leurs équipes en ramenant chaque $ dépensé au client acquis, et à la rentabilité de ce client.